Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 octobre 2013 6 26 /10 /octobre /2013 10:07

Chaque roman chinois contemporain, qui fait passer tout entière l’expérience personnelle des auteurs dans des récits marqués indélébilement par les politiques du demi-siècle passé, apporte son climat et son atmosphère d’étrangeté au lecteur français aux horizons rétrécis et solipsistes. Ce qui frappe d’abord c’est que les personnages principaux sont indissociables des habitants du village, dont ils utilisent la crédulité dans des contextes bouleversés par l’évolution historique et ses contre-courants. Les repères sociaux ou moraux se perdent, mais la population villageoise continue à grouiller autour des héros (qui sont souvent des héros condamnables) car ils ne pourraient se définir ni se développer sans elle. Souvent deux frères (et pas seulement chez Mo Yan) sont décrits en contraste, la victime et le profiteur, ou encore, lorsqu’ils sont tous deux à montrer au doigt, l’un se rachète par l’amour tandis que l’autre s’enfonce dans le crime mafieux. Indispensable aussi presque partout l’honnête homme bafoué par la révolution politique, le vieillard ayant le sens de la morale et de l’honneur qui constate avec douleur et dignité la délinquance de ses descendants. La vente incroyable des hymens à la criée constitue certes une farce « hénaurme », mais à côté de cet humour grinçant le jugement porté sur les bouleversements de la vie en société est sans appel.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens