Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 octobre 2013 4 17 /10 /octobre /2013 17:27

         J’avais déjà vu il n’y a pas si longtemps, un film de James Gray que j’avais apprécié – j’en avais même parlé ici : une histoire de brave garçon tendre et désireux de ne faire souffrir personne qui, partagé entre la fiancée prévue par la famille (on est en plein contexte juif là-dedans) et la volage étourdie qui utilise sans vergogne son amour toujours discret, préfère garder au fond de lui les déconvenues et les espérances, les élans de passion et les déchirements pour rester dans le familialement correct au risque d’en souffrir toute sa vie : je crois que le film s’intitulait Deux amours . J’ai donc choisi hier un autre film de James Gray, marqué Trois T (bon appât pour gogos), The Yards, en outre annoncé comme thriller basé sur le schéma des Atrides : tout pour plaire. Et c’est vrai que tous les acteurs jouent excellemment et qu’on ne s’ennuie pas une seconde. Toutefois, ce garçon « pur » (bien sûr ! il vient de purger sa peine de prison pour vol de voitures dans l’adolescence) qui, repris dans le tourbillon des affaires louches de sa famille avec complicités policières (lesquelles d’ailleurs arrivent à leur fin, ce qui change tout) tient à préserver son vœu de rester dans le droit chemin, ne peut émerger  de la débâcle des siens qu’en les  trahissant et les dénonçant après avoir laissé libre cours à sa violence. Il semble illustrer la morale trop facile (au cinéma)  du seul contre tous et demeure curieusement solitaire, quittant les lieux ravagés – en toute bonne justice il devrait être rongé de remords. Je pense surtout aux femmes de cette cellule de mafieux, toujours victimes, sans droit à la parole pour exprimer leur blâme ou leur révolte. Une soirée convenable, donc – mais sans excès.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens