Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 novembre 2013 6 23 /11 /novembre /2013 11:47

Si vous  avez une poule et que vous la mainteniez pendant une petite semaine (pas plus longtemps, car elle pourrait décéder dans l’aventure) à une diète sévère, même pas le pain et l’eau dont la pauvrette se régalerait, en y ajoutant la privation totale de jour, vous imaginez bien qu’elle se croit perdue, bonne pour le paradis des poules (car elle n’a rien à se reprocher, elle). Si au bout de ce supplice vous lui redonnez – attention : progressivement, tendrement en quelque sorte, sans la choquer – à la fois accès à la lumière (une petite lueur chaque jour, qu’elle se croie à la sortie de l’hiver, tout en lui ménageant par l’ouverture parcimonieuse et réfléchie de la fenêtre un peu d’air frais auquel elle n’aurait jusqu’alors jamais goûté) et en même temps, je le précise, accès à des nourritures reconstituantes, hormones, antibiotiques, vaccins, fortifiants spécifiques pour poules pondeuses, qu’est-ce qu’elle va penser, la poule ? (parce que c’est bête, de la poule) : «  Mais c’est le printemps qui s’annonce, vivement que je me mette à pondre ! »Vous pouvez lui faire le truc trois ou quatre fois dans l’année, elle ne se rendra pas compte que dans une année il n’y a jamais trois ou quatre printemps (parce que c’est bête, de la poule) et trois ou quatre fois elle se relancera dans une période de ponte qui peut fort bien, avec un peu de chance (pour vous) doubler ses possibilités de ponte. Elle glousserait victorieusement Cot Cot Cot Codet’ deux fois par jour pour vous convier à son exploit s’il lui restait un peu de force pour autre chose que la ponte industrielle. Mais maintenant que je vous ai donné le truc, vous pourrez sans coup férir augmenter la taille de vos omelettes. Et vous imaginez ce que ça donne à l’année, dans les batteries de vingt ou trente mille cocottes empilées sur le grillage de leurs cages grandes comme une boîte à chaussures ?

Partager cet article
Repost0

commentaires