Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 novembre 2013 6 16 /11 /novembre /2013 11:09

Je n’ai pas grand-chose à vous dire, mes belins,

Non plus qu’à vous, bien sûr, mes fidèles belines.

Je vais donc y aller de mes petits quatrains :

C’est, à défaut d’idées, le recours de routine.

 

C’est vrai : je vous ai dit qu’une alexandrinite

S’empara tôt de moi, lorsque j’étais enfant.

Sans m’en soigner, comme on me soignait mes rhinites,

On a laissé le mal suivre tout son penchant.

 

Dès que j’ai su, crayon en main et avec zèle,

Griffonner hardiment des pleins et des déliés,

Je transcrivais, si bancale et piètre fût-elle,

Une flopée de vers incertains mais rimés.

 

Au vrai, personne n’a signalé ce prodige,

Cette Minou Drouet toujours en pantalons,

Comme une fleur s’épanouissant sur  sa tige

A pondre des quatrains rimés mais sans raison.

 

C’est pourquoi aujourd’hui mes belins, mes belines,

Pour vous prouver qu’au moins je ne vous oublie pas,

J’ai changé le produit que fournit mon usine :

Rien dans la tête - mais je vous salue bien bas.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

M
De jolis vers pour charmer nos oreilles!Merci, chère Madame, et bravo!
Répondre
D
Toujours prête à un clin d'oeil chaleureux! Merci, chère Marie-Hélène.
E
Ce trop frais samedi vous invite à la rime<br /> Par blog interposé et en poétisant<br /> Vous élevez vos lecteurs au plus haut des cimes<br /> Tous vos Belins Belines, tout à tour, séduisant.
Répondre
D
Bravo, cher (ou chère : je n'ai pu lire l'expéditeur et je le regrette...) confrère en mirlitonnade. L'inversion finale trahit un beau sens de la grammaire... Dois-je mirlitonner plus souvent pour vous voir vous manifester? Vous n'avez qu'à dire...
D
Jolie musique, c'est déjà ça !
Répondre