Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 janvier 2014 2 07 /01 /janvier /2014 10:10

         Il y a quelques mois, les chiffres monstrueux que les commentateurs de nouvelles portaient à notre connaissance nous donnaient le tournis, comme on dit chez moi. Les banques, les assurances, les gouvernements, les multinationales, les fraudeurs de toute espèce, les îles Caïman ou le Delaware,  tout cela brassait des milliards à qui mieux mieux, nous laissant loin derrière avec notre comprenette limitée qui savait tout de même que s’il y avait des pots cassés à l’échelon planétaire il ne manquerait pas de lampistes pour les payer. Des milliards, oui. De quoi en perdre tout intérêt pour une tentative de réaliser ce que cela représentait, ce monceau de sous. Je ne sais si c’est qu’à la fin je m’habitue à des chiffres hors de mon entendement, mais je crois que je me représente beaucoup mieux ce dont on parle en s’agitant quelque peu depuis quelques semaines (grâce aux efforts des militants : ça finit par se savoir dans Landerneau) et qui, délaissant le terrain financier (mais hélas, pas l’avidité rapace des individus), regroupe les usines à lait, les batteries de poules pondeuses et de poulets à chair, les élevages éhontés de dindes et de porcs et les formules ignobles d’abattage qui font - de manière aussi révoltante que de considérer les hommes comme chair à canon – des bêtes quelles qu’elles soient la matière première de cette razzia alimentaire. Mes belins-belines, je vous assure que quand on parle de milliards sur ce sujet, ce ne sont pas les bénéfices de ces pourris que je vois, mais bien les bêtes encagées, débecquées, castrées à vif, bourrées de vitamines et de produits accélérant la croissance dans des proportions inimaginables. Je vous assure que je peux les voir, celles-là, et que mon cœur saigne.

Partager cet article
Repost0

commentaires

E
Merci de vous indigner ainsi, haut et fort, chère Lucette, contre les conditions d'élevage de vaches, veaux, porcs, poules, ...C'est aujourd'hui qu'un rassemblement se tiendra à Paris devant l'Assemblée Nationale où doit avoir lieu un débat sur l'industrie agro-alimentaire, et à Dijon, des personnes motivées protesteront cette après-midi à 14 heures devant la préfecture afin de demander la fermeture de la ferme-auberge des 1000 vaches.<br /> Bon courage pour votre action de soutien aux animaux si maltraités.
Répondre
D
Merci, Chère Elisabeth, de vous associer à mon indignation. Elle commence à devenir évidente et rassembleuse, mais tout cela sera-t-il efficace? Multinationales, agroalimentaire, banditisme bancaire, tous ceux-là sont si forts!