Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 janvier 2014 5 03 /01 /janvier /2014 09:33

         On peut facilement comprendre, voire admettre, que dans l’affolement d’une situation critique au bout de laquelle se profile la cessation d’activité les entreprises commerciales rivalisent d’idées astucieuses pour attirer le client et le forcer sournoisement à acheter toujours plus. Après les soldes d’été il y a eu – sans interruption, me semble-t-il – les rabais sur les nouvelles collections puis les bonnes affaires de fin d’année  avant les soldes d’hiver qui sont déjà commencés (cela rappelle le principe de la galette des rois vendue pratiquement en même temps que la bûche de Noël). Les rabais tonitruants proposés (moins 50%, moins 70%...) s’agrémentent de petits avantages insistants : frais d’envoi gratuits, enveloppe timbrée pour la commande, délai de paiement sur trois mois, cadeaux gratuits de toute sorte, présents mystérieux dès trois articles commandés… C’est de bonne guerre dans le commerce. Où je m’attriste, c’est lorsque, pressées par les mêmes nécessités et privées de toute subvention des autorités officielles, les associations caritatives en arrivent à utiliser des formules financières aguichantes qui s’apparentent au racolage. Certes elles avaient déjà plus ou moins timidement signalé le rabais d’impôt que les dons entraînaient. Mais faire des dons du cœur une course à la diminution des taxes, donc les assimiler à un bon placement (plus vous donnez, plus vous gagnez), c’est sans doute nécessaire, il n’empêche que cela me fait mal au cœur.

Partager cet article
Repost0

commentaires

A
— "vérifié…"—
Répondre
D
Je retiens la marque de votre antidépresseur "Continue d'apprendre à aimer la vie". Je n'ai fait que cela pendant 87 ans et je m'apprête gaillardement à continuer. On peut, individuellement, résister aux annonces, sollicitations trompeuses etc. Mais le spectacle de tant de victimes de tant de manoeuvres et en tant de lieux est affligeant.
A
Comme antidépresseur j'ai choisi le comprimé &quot;Continue-d'apprendre-à-aimer-la-vie.&quot;<br /> Pour les yeux décillés, je les ouvre, je les referme, je les ouvre, je les referme…. Je n'aime pas avoir le vertige. Nausée m'attrape, peur s'y joint, Thanatos rôde.
D
Comment lutter autrement que par la lucidité... et les antidépresseurs?
A
Je publie aujourd'hui sur mon blog : S’alignent la kyrielle des sales victoires du marketing, elles nous insultent de nous aimer bêtifiés, infantilisés, décervelés, engourdis, crétinisés, n’ayant pour eux comme seul muscle valable celui qui commande : &quot;Achète !&quot;<br /> (Voici le titre [&quot;Dans la Jungle de L'industrie Caritative [ARTE] [11-12-2012], d'un documentaire, mais… à ne pas regarder avant d'avoir vérifier dans son placard la présence de boîtes d'antidépresseurs, anxiolytiques et somnifères.)
Répondre

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens