Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 février 2014 6 08 /02 /février /2014 09:02

            Dès la première image, on est fixé : elle demande le divorce, car elle veut fuir l’Iran et élever sa fille dans un autre contexte, lui refuse de partir pour se consacrer à son vieux père qui souffre d’un Altzeihmer et veut garder la fille. Son départ, temporaire, oblige le mari resté seul à prendre une garde à la journée : or la femme dans le dénuement qui accepte ces tâches n’ose dire à son mari qu’elle vient chez un célibataire et doit s’occuper des soins intimes d’un vieil homme, car en bon musulman il lui refuserait ce travail et ils sont aux abois. De malentendu en geste d’énervement, une crise grave (portée devant le juge) oppose les deux ménages : l’employeur jugé responsable (donc meurtrier) de la chute dans l’escalier où l’aide soignante a perdu son bébé et sa femme qui cherche l’apaisement par la vérité d’une part, le ménage du chômeur d’autre part, ulcéré de sa situation humiliante et accusant à tort et à travers. Le dialogue de ce beau film semble ininterrompu, volubile, marqué par la vérité des détails au fur et à mesure qu’ils se découvrent et s’affrontent : le vieux père est-il ou non attaché dans son lit ? l’employeur savait-il que l’aide était enceinte ? pourquoi a-t-elle laissé le vieillard seul ? le bébé n’était-il pas déjà mort avant sa chute ? Les choses se règlent dans le bancal et l’incertain, comme la décision de la fille que le juge fait choisir celui de ses parents avec lequel elle désire rester. La déchirure existe à tous les niveaux des rapports civils et affectifs : entre classes sociales, entre amis,  dans les couples, entre générations… Le regard des enfants sur les adultes en dit long. Mais bien des choses seraient réglées sans problème si les rapports des humains n’avaient pas le poids que prend chaque geste dans le contexte iranien d’ Une Séparation : on comprend la décision de la mère de vouloir, ailleurs, élever sa fille dans d’autres conditions.

Partager cet article
Repost0

commentaires