Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 février 2014 5 28 /02 /février /2014 08:41

         Oui, mes belins-belines, ce sera encore du cinéma aujourd’hui. Je vous informe honnêtement dès l’ouverture afin que les non amateurs puissent s’installer à leur tricot (je crois que je le fais, tout aussi honnêtement, lorsque je vous parle de mes chats : j’ai horreur de prendre les gens en traître). Donc cinoche. Quelqu’un me vantait l’autre jour (l’un de vous, mais oui, ça arrive, mes agneaux !) la qualité du « Dernier train pour Gunhill » - et j’approuvais fort. Ce « Un Homme est passé » de Preston Sturges me paraît relever d’un même schéma : on vient enquêter sur un crime resté mystérieux dans une petite bourgade de cet Ouest américain fabuleux ; toute la population est au courant et complice, et il faut tout un long film pour arriver à remettre de l’ordre. Même chose avant-hier soir : dès son arrivée – par un train qui d’habitude ne s’arrête jamais là – l’enquêteur se heurte à une hostilité palpable, épaisse, générale. On ne veut pas le renseigner, ni lui louer une voiture, ni entendre parler d’un fermier japonais mort depuis plusieurs années. Et cependant, malgré la tyrannie d’un meneur qui empêche quiconque de parler, le remords de sa lâcheté se fait jour chez l’un puis chez l’autre. Cet homme seul, ce manchot qui ne se fâche jamais (mais qui, quand on l’attaque, sait terrasser son adversaire avec flegme), fera la lumière sur l’horreur raciste qui a régné comme une folie sur ce petit groupe d’hommes veules. Lui aussi reprendra son train après 24h, la petite ville est meurtrie mais en quelque sorte régénérée par l’aide fournie à l’enquêteur pour finir… Et j’ai admiré les plans, la photo, les nuances dans les caractères de ces spécimens humains qu’on ne peut trouver que dans le Wild West. S’il repasse en boucle (c’est fort possible) ne le ratez pas

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens