Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 mars 2014 4 06 /03 /mars /2014 08:10

         De plusieurs parts (courrier, téléphone, e-mail) on m’exprime la joie que l’on a à me lire et me relire. On me donne la liste des ouvrages qu’on a lus – et qu’on relit toujours avec le même plaisir. Comment voulez-vous que je ne me gonfle pas les plumes du  jabot, mes belins-belines ? C’est quelque chose, tout de même, que ces marques de fidélité et de plaisir du texte qu’on vous adresse sans concertation…Et cela, venant de lecteurs de la première heure – Les Nœuds d’Argile, première édition, 1981 (hé oui,  mes belins, mil neuf cent quatre vingt-un, éh oui , mes belines, réédition chez Mazarine) - ou tout aussi bien de lecteurs tout nouveaux qui avant Le Miel de l’Aube ne savent pas qu’il y a eu la grande période des sagas à diffusion nationale chez Fayard ou chez François Bourin…Et il m’est difficile de leur parler de cette période-là puisque tous les titres (sept en tout) sont épuisés, après avoir vaillamment fait leur devoir… J’y pense souvent avec mélancolie : j’en ai encore quelques exemplaires que je distribue au compte-gouttes, faute de pouvoir les distribuer à pleines charretées comme on dit dans mon cher Marivaux. Je vous assure que je le ferais, et avec élan, si c’était possible. Est-il plus grande émotion pour moi, plus grande joie, que d’établir avec un lecteur un plain-pied qui, l’espace de quelques instants,  nous permette un échange à un niveau qui laisse le quotidien des sentiments tout en bas ? Oh il faut que je vous en parle, j’ai tant à dire sur ce chapitre avant d’aller rejoindre mes ancêtres !

Partager cet article
Repost0

commentaires

G
Chère Lucette, s'il n'y a plus de Nœud d'argile, vous pouvez renvoyer vos admirateurs vers Colombe qui de mon point de vue vaut bien les premiers ouvrages publiés.<br /> Vous me direz que je prêche pour ma paroisse, certes, mais je pense surtout que tous les admirateurs des premiers romans n'ont pas encore lu ce dernier fleuron de votre suite romanesque.<br /> Ah oui, j'oubliais, dîtes-leur aussi que le prochain recueil de nouvelles à paraître les mènera en Italie et par les temps qui courent, un peu de soleil leur fera du bien.<br /> Je vous embrasse
Répondre
D
Cher Gérard, votre conseil est aussi amical que judicieux. Je parle de Colombe de temps à autre, selon le sujet, mais j'ai bien l'intention d'en parler énergiquement au moment où l'Italie va se mettre à briller dans votre production : je le recommande en tout cas chaque fois qu'on m'écrit personnellement à mon adresse, je le présente comme la troisième saga, en quelque sorte, càd écrit dans la même veine que les deux premières. Je trouve moi aussi qu'on ne lui a pas rendu l'hommage qu'il mérite.