Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 mars 2014 1 03 /03 /mars /2014 09:12

La tendance contemporaine du langage – je veux dire, initiée au dernier demi-siècle et à un niveau distingué d’élocution et de discussion – consiste à accumuler les compléments descriptifs à l’avant du terme : je vais me borner à un seul exemple, interdisciplinarité, entre mille, qui désigne la disposition d’une recherche à inclure toutes les disciplines existantes et à les faire travailler en synergie. Ce n’est pas vraiment une nouveauté : depuis la Renaissance et les considérations sur la langue, les préfixes se sont variés à l’infini dans les mots que nous employant quotidiennement sans y prêter attention. Mais tout de même on ne peut écarter l’influence de l’anglais qui met obligatoirement, dans ses mots composés, l’accessoire en premier pour laisser toute l’importance au mot essentiel qui termine. Quoi qu’il en soit d’ailleurs, on aime de plus en plus ce qu’Alice, dans son pays des merveilles qui était surtout cause d’étonnement, appelait des mots-valises. Le domaine de la recherche en tout cas use et abuse de ces termes fabriqués dont chaque élément désigne un domaine ou un sens et dont l’ensemble permet (en théorie) d’appréhender le fonctionnement collectif. Ainsi va-t-on trouver désormais la jurilinguistique pour désigner la linguistique du droit (et certes il était temps qu’on s’en occupât : les tribunaux et tous les gens du droit ont un jargon traditionnel qui demande souvent éclaircissement pour le profane). Mais franchement ne pourrait-on l’appeler, ce qui serait moins pompeux mais plus clair, comme ça s’écrit, soit la linguistique du droit – sans plus ?

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens