Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 juin 2014 4 26 /06 /juin /2014 09:07

         Les vacanciers privilégiés, ceux qui ont pu choisir leurs dates indépendamment des congés scolaires, ont choisi juin, naturellement, le mois  sur lequel on peut parier le plus sûrement pour avoir du beau temps, même si parfois l’on se trompe (voir l’an dernier). En tout cas, ceux qui campent ou se baignent ces présentes semaines ont tout pour s’éclater, à peine l’eau a-t-elle séché sur leurs maillots qu’ils peuvent recommencer à faire trempette sans se soucier du séchage. Cela me rappelle le climat d’Hawai, où tout le monde se balade en chemisette sous la pluie qui survient tous les jours pendant dix minutes : pas besoin d’intervenir pour se changer, en deux temps trois mouvements les chemisettes sont sèches sur le dos des promeneurs ou autochtones. Ici, les vacanciers qui doivent attendre juillet piétinent et s’impatientent : pourvu que ce temps exotique puisse continuer jusqu’au moment où ce sera à leur tour d’en profiter ! Il n’y a que les jardins qui n’espèrent plus rien . comment le béton actuel produit par toutes ces phases de plein soleil pourra-t-il se reconvertir en terre arable, et quand ? Les foins ont pu être faits, pas trop mal, mais les cultures sont d’ores et déjà compromises. Il n’y aura pas de pommes de terre, ni de carottes, ni de choux, et les cerises - une grosse année, à laquelle ces chaleurs ont été favorables – sont déjà dépassées et oubliées. Et ne me dites pas qu’au moins la chaleur profite aux tomates, aux fraises, aux melons, car je vous répondrai que tout cela est forcé sous serre, sans contact avec la terre, poussé en hâte sous produits chimiques  divers, gonflé d’eaux enrichies et de colorants artificiels, et que si on leur montrait le soleil, à ces pauvres fruits, ils s’en détourneraient avec terreur tant ils en ont peu l’habitude. Souhaitons seulement que l’été 2014 ne nous rappelle pas tristement la grande sécheresse meurtrière de 1976, elle est gravée dans mon souvenir comme une catastrophe  de terrible envergure.

Partager cet article
Repost0

commentaires