Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 septembre 2014 1 15 /09 /septembre /2014 09:41

         Je déclare d’emblée que je n’ai rien, absolument rien, contre les Mahorais de Mayotte (j’aurais déjà du mal à situer leurs îles sur un globe terrestre, les Comores et moi, vous savez…) et je viens seulement d’apprendre qu’il s’agit là du 101ème département français depuis 2011 confirmé par les signatures bi- partites de juillet 2013. Pour moi c’était seulement un territoire où l’on fait la chasse aux requins jusqu’en pleine mer parce que les touristes qui choisissent de se baigner dans des coins à requins spécialement exposés à ce danger y ont perdu la vie ; pas de raison, donc, de m’y intéresser le moins du monde. Mais j’apprends qu’il y a une population où dominent les jeunes, qu’ils ne sont pas scolarisés parce qu’il n’y a pas assez de salles de classe (il en faudrait 400 dans l’immédiat, dit-on), que ces classes fonctionnent à mi-temps (les garçons le matin, les filles l’après-midi), que les niveaux de contrôle scolaires ou secondaires sont extrêmement bas, donc ne préparant personne à une fonction digne de ce nom, et qu’enfin il y a si peu d’enseignants qualifiés qu’on prend en vitesse les jeunes sortis du secondaire pour en faire des maîtres et même des formateurs… Pas d’écoles maternelles non plus, bien entendu. Et je trouve ces conditions lamentables, car en plus on ne peut généraliser là-bas l’enseignement en français, il se fait en shimaoré (vous voyez que je me suis renseignée) et tout le monde souhaite que les langues régionales soient autorisées pour mieux intégrer les enfants dans un cursus scolaire qu’ils puissent suivre. Il faut tout reprendre, en somme, partir de zéro. Avec nos classes qui ferment à chaque rentrée, nous, est-ce que c’est bien vrai qu’on va se charger de la besogne ?

Partager cet article
Repost0

commentaires