Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 novembre 2014 5 21 /11 /novembre /2014 10:16

         J’ai une vraie vénération pour Mitchum, pour cette masse de muscles pesante et souple qui exprime ses pensées presque aussi bien que ce qu’il dit – d’ailleurs sa parole est rare, dispensée au compte-gouttes, un peu à la John Wayne, mais au service de rôles infiniment plus complexes, même s’ils se produisent, eux aussi, très souvent dans ces vastes paysages de l’Ouest. Je conservais le souvenir – à vrai dire flou, sans repères – d’un pistolet qui se cachait dans une bible, lové dans un creux ad hoc ménagé dans l’épaisseur des pages. J’étais donc hier heureuse de retrouver ce détail savoureux, qui me permettait de situer Mitchum au milieu de ses rôles de prêtres, prêcheurs ou forbans divers se jouant de la religion pour   assouvir ses vengeances ou couvrir ses fuites. Je ne me rappelais pas le titre (« Cinq Cartes à abattre » et je ne peux même pas vous le donner en anglais parce que, bien qu’ayant pris le film sur Paramount Channel, j’ai loupé le générique du début. Tricher au poker ne pardonne pas, dans le Wild West où s’applique encore la loi du châtiment immédiat : un premier tricheur est lynché, puis suivent en s’égrenant les morts « comme par lynchage » de tous les joueurs qui participaient à sa dernière partie.

Ils n’ont pas triché pourtant, eux… alors ? Ils ont participé au lynchage, avec plus ou moins de férocité ou de couardise… Ils méritent donc la mort dans les mêmes conditions. On n’a pas à s’impatienter : ils y passeront tous. La question essentielle sera de savoir qui mène le jeu, entre sermons invitant au pardon et utilisation de la bible…Mais, mes belins-belines, vous êtes tous des petits futés, et je suis sûre que vous avez déjà compris.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens