Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 janvier 2015 2 20 /01 /janvier /2015 20:28

         Oui, je suis en retard. J’ai tardé toute la journée, beaucoup de travail par ailleurs m’empêchant de me concentrer sur mon devoir scolaire journalier. Mais aussi je suis bien embarrassée, mes belins-belines, et je ne sais même pas trop comment je vais vous formuler ça. J’avais chargé un ami de m’acheter deux  Charlie Hebdo le mercredi de la grande frénésie des achats, et mon ami n’a pu m’en trouver, car partout où il se rendait il arrivait après épuisement des stocks. De toute façon, c’était la Une qui m’intéressait, je l’avais vue présentée par Luz à la télé, et de fait, ainsi commentée avec sérénité, en insistant sur la larme que Mahomet versait d’un œil et sous la proclamation que tout était pardonné, c’était bien. Mais j’avais déjà émis un doute quant à la manière dont ce commentaire, très valable pour ceux qui admettent les caricatures, risquait d’achopper devant un public moins « exception française ». L’ampleur des réactions à travers le monde, le déchaînement des fureurs contre la France, m’ont amenée à penser que si la planète semblait suivre le mouvement du défilé de dimanche pour la liberté de la presse, il restait une bonne partie de l’univers qui se trouvait atteinte, meurtrie en quelque sorte dans sa croyance. Je sais bien que ce sont précisément ceux-là qui portent des œillères, tout de même nous donnons l’impression d’accentuer notre attitude banale de provocation. Ce n’était peut-être pas ce dessin qu’il aurait fallu choisir pour ce premier numéro    de relevailles. La preuve ( ?) : dans les établissements culturels où le ralliement à Charlie et à sa défense était fièrement pavoisé, la Une de mercredi n’était pas ajoutée au matériel étalé dès la première réaction d’indignation devant l’horreur des attentats…

Partager cet article
Repost0

commentaires

F
Nous savons bien, chère Lucette, que la croyance quelle qu'elle soit engendre toujours l'aveuglement, et la perte de toute objectivité, puisque le dogme peut contredire les faits, mais pour ma part, je n'ai pas vu Mahomet dans cette couverture, mais seulement un arabe (le turban en témoigne) bien triste, et on comprend facilement pourquoi, car si on reprend la définition d'une caricature, il s'agit de la déformation d'une réalité, or jamais on n'a vu de portrait de Mahomet, ce qui me porte à penser que sur cette couverture, il s'agit de quelqu'un d'autre...<br /> Et preuve que la foi aveugle, l'interprétation est en effet tout autre dans bien des pays...
Répondre
D
Votre commentaire est toujours aussi pertinent, cher Francis, et plein de sagesse - je trouve plaisir à le lire comme chaque fois. Impuissante malgré plusieurs efforts devant la pub envahissante, j'avais peur d'avoir perdu votre fidélité et m'en désolais. Heureusement je vous retrouve, avec joie... Bonne et heureuse année sur votre péniche.

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens