Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 janvier 2015 4 15 /01 /janvier /2015 15:09

 

On peut poursuivre la réflexion sur les significations humaines et politiques de ce Dimanche Charlie. J’en proposerai deux aujourd’hui – si j’ai la place de les développer. La première, c’est que Marine Le Pen, furie absente des masses de marcheurs (car en toute justice sa place n’était pas aux côtés de tous les gens de bonne volonté reconnaissant aux Musulmans le droit de ne pas être tous des terroristes, mais elle aurait pu ne pas réclamer d’y être invitée avec égards et se contenter de la permission d’y figurer si cela lui chantait), a pratiquement disparu de nos écrans ces jours-ci. Aucun photographe pour nous la montrer à Beaucaire, qui est certes une capitale emblématique pour le FN et la tauromachie mais n’a rien d’une métropole attirant des millions de marcheurs), et sa sécession prévue comme un grand coup de tonnerre a tout l’air d’un mauvais calcul, je dirais même un flop total. Et la seconde, c’est que, parmi tous ce beau monde étranger invité à venir pleurer la mort de la fine équipe de Charlie Hebdo, on pouvait se demander ce que Netanyaou y faisait. Car certes il est venu célébrer et ramener au pays quatre victimes juives (et il l’a fait avec faste et ostentation), mais d’une part cette insistance sur leur appartenance religieuse ou ethnique apparaît déplacée dans un climat qui voulait précisément gommer toutes les différences et occasions de ségrégation, voire seulement de séparatisme ; lui remuait le couteau dans la plaie avec sa brutalité coutumière, et sans égards pour le mot d’ordre de fraternité et de tolérance), mais d’autre part quand on le sait désigné pour le tribunal international de La Haye comme criminel de guerre à cause des exactions israëliennes contre la Palestine depuis de longues années, on ne peut guère que considérer sa présence comme une provocation à la face de cet univers de la bonne volonté si éphémèrement reconstitué

Partager cet article
Repost0

commentaires

A
Encore une fois entièrement d'accord avec votre analyse :-)
Répondre
A
Bon, alors je vais arrêter de le dire à chaque fois ;-)
Aurai-je la liberté d'expression nécessaire pour le dire quand je ne le serai pas?
;-)
D
J'avais deviné qu'entre vous et moi ça marcherait parfaitement...