Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 mai 2015 2 26 /05 /mai /2015 09:16

         L’arrivée dans mes comptes du numéro de blog quotidien s’accompagne d’évocations diverses. Tantôt c’est la mémoire automatique qui fonctionne toute seule, adjoignant à une date un événement historique immuable – 1515, Victoire de Marignan, 1610 Assassinat d’Henri IV… - ,  tantôt c’est le lien subjectif avec un incident personnel ou familial, avec une émotion, avec une image insistante… 1938 ne m’évoquait rien de spécial, éparpillée qu’était l’année entre divers repères de pouvoir à peu près équivalent. Mais 1939, puisqu’il en était question samedi… Ah la déclaration de la guerre, apportée chez nous par un voisin qui avait la radio et nous prêtait son poste (juste le temps d’entendre les communiqués officiels et la voix du nautonnier de l’époque avec ses enrouements)… Je nous revois encore regroupés à la cuisine autour des nouvelles, mon père, ma mère, le voisin (qui s’excusait des crachotements de son petit poste mal raccordé à la barre nickelée de la cuisinière), mon frère et moi gagnés par le fou rire à cause de ce terme de « friture » dont le voisin accusait son poste… Insensibles à la gravité de l’événement, nous essayions en vain de ne pas nous tordre de rire, et l’engagement immédiat des hostilités, à savoir la gifle maternelle équitablement répartie en calmant traditionnel, faisait figure de prémonition, car cette activité inopérante annonçait le peu de résultat des piétinements que nos soldats traverseraient pendant des mois de souffrances et d’engelures au cours d’un hiver dont la barbarie est restée exceptionnelle.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens