Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 août 2015 4 13 /08 /août /2015 10:49

         Il y a diverses manières, pour l’homme sur de sa supériorité, d’extérioriser sa conviction qu’il est bien au faîte de l’échelle animale (die Krone der Schöpfung, telle était la définition que notre dictionnaire tout allemand donnait de l’espèce humaine, der Mensch) : avec des armes et en diminuant au préalable les possibilités de résistance de l’animal, càd en s’arrangeant pour que l’inégalité des chances soit totalement en faveur du Nemrod qu’il souhaite paraître, le fonctionnement est assuré à  cent pour cent. Quel que soit l’animal, d’ailleurs. Faites le tour de la ménagerie : ici on parque les sangliers dans des enclos où les chasseresses surtout (les tendres femelles) viennent viser les solitaires auxquels on a fait perdre l’idée même de liberté, si bien que  pour un peu ils viendraient saluer les visiteurs avec gentillesse en s’offrant de poitrail ou de flanc pour mieux recevoir les balles. Là c’est le même système, mais adapté à l’exotique : dans ces fermes de lions ou de tigres – ou même de léopards ou de panthères, au choix, ça dépend du prix -  vous pouvez tirer votre gibier au moment où il mange, où quand il fait sa sieste de digestion ; c’est qu’alors il y a un risque zéro,  comme de tirer une vache ruminant dans son étable, donc sans être mordu ou déchiré par des griffes de bête sauvage rattrapée à la course,  Si le tombeur de bêtes recherche davantage d’élégance, il choisit la feria, la fête taurine où le taureau a eu les cornes limées pour éviter qu’elles aient le nocif d’une lame, où une ou deux injections d’un subtil soporifique font leur effet sans qu’on devine rien dans l’arène. Mais voilà que les Américains – toujours au premier rang de l’invention – vulgarisent le Hog dogging, spirituel divertissement du Minnesota. HOG, c’est le cochon, ici le cochon sauvage, derechef le sanglier.DOGGING suggère le traitement par les chiens. On fait donc s’affronter un chien bardé de protections comme un flic avec son gilet pare-balles, et un sanglier auquel on a supprimé les défenses. Ce sont là les conditions d’équilibre des agressions perpétrées selon la morale américaine : un petit clin d’œil autour du monde et de son histoire récente vous permettra de juger que je n’ai pas tort.

Partager cet article
Repost0

commentaires

A
Je n'étais pas encore au courant de cette dernière horreur...
Répondre