Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 janvier 2018 2 16 /01 /janvier /2018 09:44

         J'espère, mes belins-belines - et les autres aussi, de passage et non désireux de s'attarder pour écouter mes ravissants gazouillis - que vous n'étes pas trop étonnés de me voir disserter tout à coup sur le théâtre antique. Vous savez comme une carte postale peut faire rêver, surtout si elle a le pouvoir magique de faire naître ou remonter en vous des souvenirs, des atmosphères, des impressions agréables. J'ai passé tant de cours à faire connaître le théâtre depuis ses origines que de temps à autre il m'en remonte des bouffées - en soi déjà plaisantes mais surtout  prouvant que j'ai semé de bonnes graines au cours de mon existence : il n'y a pas que  l'étudiant visiteur d'Aspendos qui m'ait gardé cette reconnaissance, j'ai conservé vivant dans mon coeur chaque témoignage qu'on m'en a offert. C'est pour cela qu'un jour je pourrai fort bien vous parler du Théâtre de la Foire, ou des Italiens, on de Ioneseco ou de Brecht - ce monument du théâtre mondial  qui a rempli le XXème siècle comme peu d'autres dramaturges l'ont fait et que les formes évoluées de la scène d'aujourd'hui ont repoussé dan,s l'ombre. Oui, je vous parlerai de Brecht un de ces jours, c 'est indigne de le laisser de côté, même si de nos jours l'art dramatique obéit à d'autres lois - ou d'autres instincts - que du temps de La Résistible Ascension d' Arturo Ui ou Mère Courage ou encore La Bonne Âme de Se-Tchouan. Il a quand même mis en lumière - et superbement pratiqué - la distanciation, qui non seulement a introduit sur la scène un type de conception du jeu   inédit  mais qui encore, par la dissection qu'elle entraîne, me semble à l'origine de toutes les dérives actuelles, celles qui flamboient comme celles dont on peut douter.

Partager cet article
Repost0

commentaires

D
Dame Lucette, la distanciation a été utilisée ou plutôt détournée de manière vulgaire par la publicité, son meilleure usage à destination de son époque est à chercher du côté de Godard, dans "à bout de souffle" ou "le mépris", le spectateur étant pris à partie pour changer la vision du film original.<br /> Ceci pour montrer que le cinéma est toujours une tentative inachevée de parler du réel, l'identification aux acteurs étant toujours en soi une mystification. Amitiés.
Répondre

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens