Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 août 2018 1 20 /08 /août /2018 11:42

          Je me suis déjà penchée  sur les problèmes de la réconciliation - cheminement aussi difficile entre nations qu'entre individus. La Seconde Visite, cette nouvelle chorique dont chaque portion restituait pour le lecteur la pensée orale des partenaires de l'action, l'un après l'autre dans ses rancunes ou ses ignorances, dans ses fausses certitudes ou ses obstinations, pour aboutir à une catastrophe parce que les temps de l'apaisement n'étaient pas encore advenus, creusait déjà la question sans se contenter de la poser, alors que les chefs de deux grands pays jusque-là ennemis avaient décidé que l'amitié fraternelle entre eux, officiellement scellée et mise en pratique, bannirait à jamais toute motivation pour la guerre. Que le temps passe, et on s'aperçoit que les habitudes de cordialité et de compréhension mutuelle sont bien aussi faciles à prendre que les mauvaises, dès que sont concernées de nouvelles générations non accablées par le poids de l'histoire. Mais précisément tout réside dans ce passage du temps, et ce qui est réalisable entre nations a bien du mal à s'effectuer au niveau des individus. Combien d'associations se sont trouvées déchirées, au point de se scinder; d'exploser, voire de disparaître ! Ce ne sont pas tellement les objectifs qui  ne se partagent plus avec le même enthousiasme, la même conviction, mais plutôt les antagonismes des chefs, les ego peu à peu installés dans une rivalité sans compromis, qui ruinent la vitesse de croisière enfin conquise. Dès lors, la rancune au coeur de chacun (et de chacun de ses partisans) ne peut que s'aggraver faute de temps pour l'oubli ou la, complaisance, le pardon des offenses est hors de question, la reprise de contact douloureuse et même irréalisable tant les plaies sont longues à se cicatriser, lesquelles n'étaient peut-être au départ qu'un malentendu ou, dirait M. Macron, l'absence de la com adaptée : c'est possible, vu qu'on n'en prend pas conscicnce au début et que rapidement les choses s'aigrissent, s'enveniment, au point d'en acquérir un volume ingérable et menaçant. Examiné entre nations ou entre individus, le schéma reste le même entre un peuple et celui qui se proclame son chef sans le comprendre ni deviner ses désirs tout simples.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens