Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 octobre 2018 6 13 /10 /octobre /2018 10:24

          Je suis toujours partie au quart de tour, le geste joint à la parole :  à peine le temps de réfléchir j'étais déjà en mouvement. Certes le grand âge a apporté des correctifs voyants à cette promptitude quasi mécanique ("on marche, on ne court pas", disait mon mari qui retenait par le coude l'exubérance d'un forcing peu féminin) et je n'ai plus guère besoin qu'on ralentisse mes rythmes d'allure, ils se ralentissent bien tout seuls malheureusement. Pour autant et par respect pour les élans de ma nature, je n'aime pas qu'on me bouscule : il faut que la pensée accompagne le geste, on ne se lance plus à l'aventure comme autrefois en pleine maîtrise  de ses ardeurs. C'est pourquoi je comprends si bien qu'avec l'aigle à deux têtes dont nous sommes pourvus nous n'ayons personne d'officiellement compétent pour piloter notre frêle esquif. Le temps n'aime pas se bousculer non plus, que voulez-vous! Il faut ce qu'il faut. J'ai encore entendu M. Macron hier : il ptrend son temps, il réfléchit, il contrôle tout (surtout le côté moralité puisque la moralisation était si en honneur dans ses professions de foi : déclarations d'impôts honnêtes, moeurs impeccables, nul détournement de fonds ni emploi fictif, pas de mensonge, pas de tricherie, pas de faux diplômes, pas  d'agressions sexuelles récentes ou cachées... oui, cela prend du temps, ce contrôle-là), C'est très normal que nous devions attendre - sauf qu'au dernier moment M. Macron va nous brandir un copain d'école ou d'enfance qui complètera sa collection de chouchous, par conséquent les choses étant ce qu'elles sont il pourrait bien aller plus vite.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens