Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 janvier 2021 5 29 /01 /janvier /2021 11:55

 

 

 

         

          Le nom de Carpenter m'accroche au passage. Peut-être une expérience à tenter : je n'ai jamais vu de réalisation signée de lui. Je me prépare à plonger dans l'imaginaire (et l'idée de départ est bonne, puisque après plusieurs cataclysmes une portion isolée de Californie -  L.A. est plus importante que New York - sert de pénitencier où sont déportés, sous la présidence d'une sorte de défroqué bénisseur volontiers équarisseur, tous les anciens bandits connus au milieu des grands pécheurs : la question n'est pas la rédemption ou la réhabilitation, mais seulement le pari de survivre à des missions invraisemblables limitées à "une heure ou la mort" - c'est très vite que ça dérape).

Car quand l'imaginaire cède la place aux effets spéciaux, le scénario ne compte plus que visions éclairs en tous sens, machines infernales à utilisations trop multiples pour être honnêtes, vêtements loqueteux pour échapper à la mode, visages rébarbatifs aux traits grossiers et à l'allure malpropre, décors déshumanisés, fréquence des événements (luttes ou poursuites) dans l'obscurité ou d'étranges clartés. Axé sur le personnage de Sn ake, le grand bandit d'antan, le film qui narre une évasion de L.A. est finalement une sorte d'Alien, ou toute autre espèce imaginaire increvable capable de subir d'inimaginables tortures sans perdre un gramme de sa longévité... Je me repose ici la question déjà posée : qui peut s'intéresser à du cinéma de ce calibre? Quel plaisir de quel ordre peut-il apporter? Ce n'est pas moi qui peux répondre.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens