Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 février 2021 1 01 /02 /février /2021 16:09

 

LA SCHIZOPHRENIE SUR LES PLANCHES

 

 

          L'annonce par TTT (autrement dit ***) pour le film branque intitulé Man in the Moon est trompeuse. Elle m'a  déjà eue une fois il y a trois ou quatre ans, où je n'avais été ni subjuguée par ses rythmes trépidants ni par l'acteur au comique déglingué pour qui le film avait été réalisé. Beau physique  déformé par d'inimitables grimaces, allure de grand bête, fanfaron menaçant toujours à terre dès la première gifle, il a créé à lui tout seul un répertoire de gestuelle, de roulements d'yeux et de sourires niais qui lui appartient, à lui seul. L'évocation de cette biographie d'Andy Kaufman ne serait sans doute rien si Milos Forman n'était aux commandes. La reconstitution d'une carrière de schizophrène, dans laquelle le bon et le mal alternent sans changer de peau mais en changeant de vêtements est le clou du récit, car l'individu connaît son cas et en discute avec sa petite amie tout en semant pour le public ou en dehors  de leur couple la confusion entre ce Tom et ce Hank, et le pugilat  virtuel  entre les deux êtres inclus dans la même peau atteint un somment du comique. Je ne me rappelais pas la fin, qui dans sa mort invite le monde à la bonne humeur et à la confiance en les autres ; un peu kitsch, mais justifié puisqu'il s'agissait de son credo et qu'il tenait lui-même à le répéter. Pas *** évidemment, mais une originalité à laquelle il est bon de se frotter au passage.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

aginables grimaces

 

LA SCHIZOPHRENIE SUR LES PLANCHES

 

 

          L'annonce par TTT (autrement dit ***) pour le film branque intitulé Man in the Moon est trompeuse. Elle m'a  déjà eue une fois il y a trois ou quatre ans, où je n'avais été ni subjuguée par ses rythmes trépidants ni par l'acteur au comique déglingué pour qui le film avait été réalisé. Beau physique  déformé par d'inimitables grimaces, allure de grand bête, fanfaron menaçant toujours à terre dès la première gifle, il a créé à lui tout seul un répertoire de gestuelle, de roulements d'yeux et de sourires niais qui lui appartient, à lui seul. L'évocation de cette biographie d'Andy Kaufman ne serait sans doute rien si Milos Forman n'était aux commandes. La reconstitution d'une carrière de schizophrène, dans laquelle le bon et le mal alternent sans changer de peau mais en changeant de vêtements est le clou du récit, car l'individu connaît son cas et en discute avec sa petite amie tout en semant pour le public ou en dehors  de leur couple la confusion entre ce Tom et ce Hank, et le pugilat  virtuel  entre les deux êtres inclus dans la même peau atteint un somment du comique. Je ne me rappelais pas la fin, qui dans sa mort invite le monde à la bonne humeur et à la confiance en les autres ; un peu kitsch, mais justifié puisqu'il s'agissait de son credo et qu'il tenait lui-même à le répéter. Pas *** évidemment, mais une originalité à laquelle il est bon de se frotter au passage.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

aginables grimaces

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens