Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 décembre 2008 5 12 /12 /décembre /2008 16:37
Oui, l'entrée au calme des anses favorables, le symbole de la mise sur les rails (métaphore hardie en contexte océanique), la proximité de l'allure de croisière... Ce serait merveilleux, et j'ai de bons amis qui veillent sur le berceau de ce blog (-autre métaphore non moins hardie). Je vais seconder leurs efforts protecteurs en  jouant ma petite partie aussi bien que je le pourrai. Puisque je peux désormais me retrouver sur mon blog sans tremper ma chemise comme les toutes premières fois! Reste à repréciser,  pour les foules qui n'auraient pas encore pris connaissance de mes premiers messages, ce qu'elles pourront trouver sur mon blog. J'ai déjà engagé conversation avec l'un, puis avec l'autre, j'ai bien l'intention de continuer, quitte à dire la vérité, rien que la vérité, toute la vérité je le jure. Sur moi bien sûr, sans appuyer. Sur mes personnages ensuite, autant qu'il plaira à mes lecteurs : dans les pages de la revue "Studies on Lucette Desvignes" qui a déjà sorti 18 numéros annuels, il y a des commentaires qui se renouvellent sans cesse, ce serait bien le diable si je ne trouvais matière à réponse aux questions sur Valmy, Wollef, Leni, Jeanne, Marrain... Je cite ici, pour la belle petite histoire, qu'une Lyonnaise a choisi d'appeler son fils Marrain à cause de celui des "Noeuds d'Argile",  on pourrait sans doute s'entretenir de l'un ou de l'autre   paisiblement. Et je sens que ça viendra. Et puis, à côté de ces héros de la première (et de la onzième) heure, il y a tous ceux qui se présentent maintenant, pourquoi pas l'Electre que j'ai installée en pleine Débâcle, fin mai-début juin 1940? Et puis tout ce que vous voudrez, j'allais dire "mes belins-belines" comme la Mère Cotivet sur les ondes de Fourvière jadis, mais c'est vrai que vis-à-vis de vous je me sens comme Dom Juan un coeur à aimer toute la terre! Ne laissez pas passer cette occasion unique. D'ici là, bien le bonjour à votre chat si y a personne chez vous.

                                                                                                       Lucette Desvignes
Partager cet article
Repost0

commentaires