Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 décembre 2008 4 18 /12 /décembre /2008 09:01
J'ai été interrompue hier, alors que je me sentais si bien partie à vous parler de moi, de mes livres, de mes personnages, de mes projets, par une de ces mystérieuses interventions de la machine qui me réclamait à cor et à cri de "supprimer mon filtre" : avec la meilleure volonté du monde, impossible d'obtempérer. Où se trouve ce filtre? qu'est-ce qu'il fait chez moi? quel pouvoir ai-je sur lui? Niet sur toute la ligne. J'ai refait mon texte trois fois, jamais sûre de rien,puis j'en ai conclu - à tort sans doute, j'y repense à présent - que j'avais écrit trop gros et trop long. D'où ultime interruption    sans même, je crois bien, mes politesses habituelles. Je reprends donc de zéro  aujourd'hui, c'est maintenant que ça démarre.
Je suis donc écrivain, et mes premiers titres semblent signaler mon allégeance à la Bourgogne, donc au régionalisme. C'est pourquoi je cite ici, avec révérence et affection,la plus belle précision qui puisse être donnée sur mes appartenances littéraires par Jacques Lacarrière : "Jamais comme en ces deux livres (c'est-à-dire    "Les Noeuds d'Argile" et "Le Grain du Chanvre", sa suite - c'est moi qui explique) une région n'a autant nourri une inspiration d'essence aussi peu régionaliste" - il dit cela dans la préface au tome 2 de ma saga bourguignonne. J'aime bien, dès l'abord, me situer : qu'on ne me confonde pas avec les auteurs célébrant leur clocher ou les grands hommes de leur paroisse! Et cela, même si j'aime passionnément parler de ma région : croyez-le, il n'y a pas incompatibilité entre les deux situations.
Mes premiers romans sont tout de suite passés du rang obscur et timide de la première édition (celle d'Alain Schrotter, un éditeur courageux qui ne faisait pas le poids pour l'édition de romans,  malgré un flair infaillible) à la réédition chez Mazarine-Fayard, en 1985, et les belles préfaces de Jacques Lacarrière leur ajoutaient un prix inestimable (pas rien qu'à mes yeux,je le précise). En 82 d'ailleurs, à la sortie du tout premier, le Prix Roland-Dorgelès alors à son zenith (il est tombé en déshérence)  avait entraîné des articles  remarqués dans "Le Monde", "Le Figaro", "Europe", "L'Express" et une grosse partie de la presse régionale, même en dehors de la région Bourgogne. Le 3ème tome          de cette trilogie "Les Mains nues", càd "Le Livre de Juste", publié également chez Mazarine-Fayard en 86, permit à l'ensemble des trois volumes d'obtenir le Prix Bourgogne 1986. Dans l'intervalle, Fayard avait fait paraître "Clair de Nuit", un roman tout à fait autonome qui "passa chez Pivot", du temps d'APOSTROPHES , dès sa publication. Je ne pense pas que le fait d'insérer une publication sans rapport avec une série romanesque en cours de parution (aucun rapport dans les thèmes, les personnages, l'époque, la facture, le ton) soit une bonne chose : beaucoup de lecteurs passionnés par "les Noeuds d'Argile" se sont précipités sur "Clair de Nuit" en le prenant pour la suite, et se sont trouvés très déçus parce que ce roman-là traitait de tout autre chose. A la sortie de cette suite, ils ne se sont pas tous trouvés remobilisés, et beaucoup ont cru que "les Noeuds d'Argile" ne se continuaient nulle part... La même chose m'est arrivée chez François Bourin, qui a décidé de publier en urgence en 1992 (mais cette précipitation ne peut que charmer un écrivain, comment la reprocher à un éditeur?) "La Maison sans Volets", qui est un roman à suspens tout à fait autonome, entre le premier et le second volumes de ma deuxième saga, "Les Mains libres" - à savoir, "Vent debout" en 1991 puis "La Brise en Poupe" en 93. Là encore, les lecteurs peuvent se trouver désarçonnés de la disparition des personnages au destin duquel ils se sont attachés; comment leur faire savoir qu'ils trouveront la suite de ce destin par-delà le livre qu'on leur brandit comme si la saga avait déjà atteint son terme?
Il y a fort à dire sur ce chapitre. Je reprendrai demain. J'espère ainsi vous entretenir de ces romans déjà anciens qui sont toujours lus dans les BM avant de passer à la suite de mes publications. Si vous avez des questions à me poser, ne vous retenez pas, je vous en prie! Je répondrai ou tâcherai de répondre sur tous vos sujets, écriture, thèmes, problèmes d'édition etc. Je ne souhaite qu'une chose, c'est établir les meilleurs contacts avec vous tous. Et naturellement je salue amicalement votre chat "si y a personne chez vous". A demain.
Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens