Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 décembre 2008 7 21 /12 /décembre /2008 09:54
Je ne trouve pas simple de consulter ce que j'ai écrit la veille, et c'est ennuyeux parce que je vais sans doute me répéter. J'en aurais horreur, mais cela me paraît difficile à éviter. J'ai l'impression que ce blog va être comme un feuilleton, se déroulant jour après jour (jusques à quand, ô ciel? qui pourra me le dire? Quel bel alexandrin! N'allez-vous pas en rire?). Il me faudrait quelques butoirs, quelques questions auxquelles je me ferais un plaisir de répondre - sans cela, si tout se déroule de ma propre initiative, il y aura forcément des redites, et je risque de paraître un peu bégayante voire gâteuse, bien que dans la réalité je vous l'assure je ne sois ni l'un ni l'autre.
Je vous disais hier qu'il avait été de mauvaise politique d'insérer un roman indépendant entre les deux volumes d'une saga devant normalement se suivre - même si cela s'est fait à deux reprises pour moi, chez Fayard et chez François Bourin. Cela dit, l'impact sur les foules n'en est pas grandement modifié, dans la mesure où votre ouvrage ne correspond pas dans le programme de l'éditeur à un de ces grands raz-de-marée envisagés de loin et mis en oeuvre avec cymbales et trompettes en complicité avec tous les médias, chantant ensemble de préférence. Chaque titre doit se faire de lui-même sa petite place au soleil, heureux est-il lorsque la plupart des bibliothèques de France, muni- cipales surtout mais les autres aussi, se chargent de multiplier vos lecteurs et de conserver des restes précieux de votre activité littéraire : c'est souvent une ou deux décennies plus tard qu'on réclame le livre dont la parution avait pourtant fait du bruit - pas assez sans doute pour l'imposer à tous. (Je sais de quoi je parle : quand je suis allée signer à Auxerre "Vent debout" et "La Brise en Poupe", càd la deuxième saga, je n'ai presque signé que des "Noeuds d'Argile" dont on me citait d'un air pâmé l'enthousiasme de la mère, de la fille, de la belle-soeur qui avaient tant aimé le bouquin quelques années plus tôt - c'était cet enthousiasme qui décidait la nouvelle lectrice...). On n'aura donc pas à s'étonner si le regard tourné vers les Etats-Unis m'est apparu comme une direction consolante. Là je sais que je ne me répéterai pas, qu'on va marcher en terrain vierge. A demain donc, n'oubliez pas le salut à vot'minet si y a personne chez vous.













































Partager cet article
Repost0

commentaires

G
Bonjour Lucette<br /> un petit coucou en passant. J'ai lu votre nouvelle "Canicule" et une petite phrase m'a rendue toute joyeuse pendant un bon bout de temps : quand le Monsieur suggère à sa voisine de détruire sa haie ! Et oui cela a beaucoup résonné en moi qui ne comprends pas les frontières et tout ce qui en découle.<br /> <br /> A part ça, je passe de bons moments avec vous maintenant, dans la lecture de Vent debout, je m'y sens bien. Merci et à bientôt.<br /> Je prévois un petit envoi prochainement.<br /> amitiés<br /> Geneviève
Répondre

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens