Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 décembre 2008 1 22 /12 /décembre /2008 15:51

Rien n'est plus revigorant que de lire le commentaire qu'on vient de vous envoyer via over-blog. Vous avez vraiment l'impression d'être utile à votre prochain, donc vous continuez! Donc je continue...Laissons là le problème des romans autonomes qui se sont glissés entre deux romans qui se suivent : c'est vraiment un problème mineur en ces temps où trouver à se faire éditer devient la quadrature du cercle (je dis ça parce que je l'ai entendu dire, je n'ai jamais entrepris cette recherche, car si les matheux géomètres ont tant de mal à trouver ce n'est certes pas moi avec mes connaissances ultra boiteuses en ces domaines de grands mystères qui pourrais leur venir en aide; l'utilité à laquelle je faisais allusion relève d'un tout autre registre - mais n'est-elle pas déjà aléatoire au maximum?). Je voudrais bien avancer dans la connaissance que les lecteurs pourraient grappiller à mon sujet (quand Mercurey vous a vu naître, vous ne pouvez guère que vous rabattre sur les métaphores de la vigne et de ses hypostases). Mais imaginez un déballage en vrac de toute une vie, de toute une expérience, de toute une oeuvre! Personne ne s'y retrouverait, et même moi je n'y retrouverais guère mes chats. Je vais donc procéder par ce qui me paraît une espèce d'ordre (ce qui ferait bien rire ma Marocaine, ma merveilleuse Marocaine qui me couve comme un bébé et considère que je n'ai pas d'ordre du tout - mais a-t-elle tellement tort?). Au fur et à mesure que les idées me viendront, je les exposerai, les développerai, bref vous en parlerai à bâtons rompus, c'est peut-être encore le meilleur de cette amitié qui devrait se construire entre vous et moi.
"La romancière "américaine" qui écrit à Dijon", titrait l'autre jour un article de journal, une page entière, des photos, des titres de paragraphes aguichants. Du beau travail, rares sont ceux qui ont pu y échapper. Comme entrée en matière entre nous, ce pourrait être bien pire. Bien plus faux. Je vais donc prendre cette étiquette comme point de départ, je peaufinerai selon les méandres de notre aventure commune. Oui, les Etats-Unis me sont familiers, oui je les aime depuis qu'ils ont mis leur sanguinaire baudet à la porte (je ne sais pas trop pourquoi un baudet serait sanguinaire, ils sont si doux les petits ânes - mais celui-là c'en était un gros et de toute évidence il aimait le sang). Oui j'y vais chaque année depuis plus de trente ans et chaque fois que je peux. Et puis aussi oui, j'écris des romans, mais je suis avant tout écrivain (pas écrivaine, je l'ai déjà précisé : il y a des redites dont je suis consciencte, celle-là en est une mais je persisterai et signerai chaque fois que ce sera nécessaire). C'est vrai que j'ai commencé par publier des romans, et même des gros, mais je distingue dans le terme "romancière" une petite nuance que je ne perçois pas dans romancier. A éclaircir :  les problèmes du féminisme m'ont toujours passionnée. Et c'est déjà le moment de saluer le minet si y a personne chez vous. A demain!
 

Partager cet article
Repost0

commentaires