Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 janvier 2009 5 02 /01 /janvier /2009 11:46

J'ai devant moi une grande année, même si elle ne doit pas être bissextile. De quoi  en pondre, de ces blogs! Au goût du jour, comme dans les boutiques superchic. Ce ne sera peut-être pas au gout de tous, ma foi tant pis. C'est comme dans un concours de nouvelles : chacun des concurrents est bien sûr qu'il va (ou qu'il peut, ou qu'il pourrait) décrocher le pompon, or pas de bol! ce n'est pas du goût du jury. Ici ce sera pareil, sauf que je continuerai à pondre mon éphémère billet sans dévier de ma route marine (avec la poésie qui affleurera impromptu, comme ici : c'est-y pas beau cette route marine?). Ce refus de la déviation, cette indifférence à la vox populi, ça me rappelle les diverses vagues de gouvernants en pleine déroute qui jurent de garder le cap malgré nous. Pardon, au passage, de m'identifier à de méprisables détenteurs du pouvoir; c'est seulement l'image de ce cap qu'on garde à tout prix, droit dans ses bottes, qui me séduit, probablement à cause de la route marine. Mais c'est vrai aussi, quand j'y réfléchis, que c'est moi qui suis au volant et que j'exige le silence sur les coussins. Allons bon! trop de métaphores vont me gâter ma poésie, j'étais pourtant bien partie ce matin, vous ne trouvez pas? 

C'est pourquoi je continue sur ma lancée : on ne s'arrête pas en si bon chemin. Je suis plongée dans la supervision des traductions qui vont constituer le volume II (deux, pas onze - pas encore, tonnerre!de la première phase des oeuvres complètes. Essentiellement bourguignon, celui-là : parlant de la Bourgogne, préfacé par un Bourguignon pur jus de la treille,  rassemblant des textes où la vie dans les petits villages vignerons ne pourrait être conçue ailleurs que dans "la Côte". Parlant de canaux, aussi - autre trait bourguignon, écluses, péniches, maisonnettes d'éclusiers. La distribution des sujets qui devrait faciliter une répartition raisonnable des éléments - l'Italie, les animaux,  l'humour - se révèle d'une complexité extrême; à elle seule, elle exige presque autant de temps que la traduction (j'exagère, mais le dispatching entre traducteurs doit faire intervenir leurs capacités ou spécialisations personnelles en même temps que la catégorie de sujets ou le genre. Pas vraiment un casse-tête chinois, mais, croyez-moi, bien des problèmes avant l'attribution définitive).

Et comme d'habitude, je n'ai encore eu le temps de rien dire mais voilà déjà la limite de mon espace libre qui pointe son museau.Demain, sûr de sûr, j'entame le sérieux. Par les nouvelles sans doute, c'est le plus d'actualité. Mais les romans viendront après, c'est promis. C'est ici le moment de faire mes politesses à vos chats, je n'y manque pas vous le voyez, n'y manquez pas non plus! A demain.
                                                  
                                                                                                             Lucette Desvignes 

Partager cet article
Repost0

commentaires