Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 janvier 2009 6 03 /01 /janvier /2009 09:48

Si un jour j'ai besoin de plus d'espace, j'y pense, je n'aurai qu'à tricher sur le corps de l'écrit, prendre une casse plus menue. Ce sera sans doute la meilleure solution, mais pour l'instant je n'en suis pas là. Je voudrais surtout reprendre de manière utile - utile à qui? c'est là le grand mystère de ces communications à l'aveuglette, où l'on ignore si des foules ravies sont prêtes à intervenir pour vous porter aux nues ou si vous parlez aux nuages (et ils sont loin, et ils filent vite, et ils se moquent bien de vous, les nuages). N'importe. Faire comme si est aussi une de ces philosophies que la vie vous apprend. Je vais donc faire comme si.

L'écriture d'une saga, autrement dit d'un roman qui porte sur plusieurs générations avec tout ce que cela comporte de variations psychologiques et affectives - pour ne pas parler des événements forcément variés qu'elle englobe - non seulement mobilise longtemps (22 mois pour "Les Noeuds d'Argile", 18 mois pour "Le Grain du Chanvre", 14 mois pour "Le Livre de Juste") mais exige une carburation intellectuelle considérable. Il y a bien sûr, à l'évidence, à mettre en place les éléments de base, personnages, époque, situations sociales, conflits, ce qui demande déjà une mise en scène exigeante et homogène. Mais surtout peut-être, au fur et à mesure que les conflits se précisent et que les personnages s'affirment, ils vivent de votre substance. Ils se développent de manière un peu vampirique, surtout si on fuit comme la peste les attitudes et réactions convenues. Il y a tout un art de les laisser faire, de les laisser exister à leur guise - un art qui confine à la nécessité : une fois qu'ils existent, qu'ils se tiennent debout, ils acquièrent d'eux-même une autonomie parfois tyrannique qui ne vous permet pas de les courber, de les modifier, de les faire agir selon votre intention pre

mière. A mon avis, si jusqu'au bout ils font ce que vous voulez, c'est râpé!
C'est malheureux tout de même que les incidents techniques se mettent toujours en travers de mon chemin. J'étais bien partie à vous parler des personnages de la saga et de leur autonomie chèrement acquise (à vos dépens, en quelque sorte) et voilà de nouveau un problème de format qui m'énerve. Mon écran se promène à droite puis à gauche selon les lignes de texte, et cela veut peut-être dire que j'outrepasse déjà ce qui m'est imparti pour mes élucubrations, auquel cas cela entraînerait que l'ensemble de mon texte serait bloqué pour poids excédentaire. J'espère que non, mais je ne me fie pas à l'espace qui semble me rester offert; donc, en hâte, bonjour aux chats et à demain.

                                                                                           Lucette Desvignes

Partager cet article
Repost0

commentaires

D
When I started in journalism in the UK, we were taught “25 per cent” not “25 percent” (although percentage is of course one word).
Répondre