Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 février 2009 2 24 /02 /février /2009 10:06

Pourquoi ne pas commencer cette contribution d'aujourd'hui par une citation de Charles d'Orléans? Il est bien lointain, le pauvre, mais c'était je crois un vrai poète (le "je crois", fait impression, n'est-ce pas? ça fait juge intègre, objectif, rigoureux, de bonne foi - en vérité cela veut simplement dire que je suis loin de tout connaître de l'oeuvre dudit, mais que personne, et pour cause,  ne me jetterait la pierre si je le citais de travers). Donc, c'est la suite normale de la météorologie d'hier (encore que mes propos se soient davantage portés sur les météorologues soudain devenus romanciers que sur leurs annonces toujours pareilles et dont tout le monde se moque, il faut bien le dire). Eh bien  justement : aujourd'hui on va s'occuper de la pluie, du vent et du grésil, car je vous assure qu'il y a tout ce qu'il faut dans mes bouquins, ça n'est même pas la peine de chercher, ça vous arrive dessus sans crier gare. Le brouillard, d'abord, avec son flou qui convient si bien aux petits matins de Toussaint quand il s'agit de traverser la Bresse pour arriver en Bourgogne par Saint-Laurent -lès-Mâcon (au passage je signale, mon instinct d'enseignement n'étant pas mort, qu'il faut un accent circonflexe sur le a mais qu'il n'en faut pas sur le a de Chalon-sur-Saône, comme il ne lui faut pas de s non plus tandis qu'il en faut un à Châlons-sur-Marne et, toujours au passage puisqu'on est en Bourgogne du Sud mes amours, on dit Tournus et non Tournusse - est-ce que nous disons Parisse, nous autres?). J'ai commencé par le brouillard parce que c'est ce qui arrive par ordre chronologique dans "Les Mains nues", il y aura bien d'autres choses à traiter par la suite, mais vous allez peut-être trouver drôle que lorsqu'on me dit "Ah cette description sur plusieurs pages! C'est tellement ça! On croirait que vous vous êtes assise sur un pliant au bord de la route ou derrière une fenêtre pour pouvoir mieux observer!" j'aie envie de répondre la vérité : mes belins-belines, j'ai écrit cette traversée de la Bresse en Egypte, à Gizah, où une tempête de sable m'avait coincée au pied des pyramides, et j'étais tellement oppressée, je ne pouvais reprendre mon souffle, j'ai même tellement cru que j'allais y rester que j'ai évoqué ce qui me fait le plus d'effet côté température, le brouillard de mon enfance : je suis une fille de la Saône, ne l'oubliez pas, et d'évoquer ce froid humide qui vous glisse dans les manches comme un serpent j'ai pu retrouver mon souffle et mon sang-froid, mais naturellement l'évocation complète et définitivement utile n'a pu s'effectuer que par l'écriture, bic et bloc en fonction pendant quelque temps. L'humidité du brouillard le soir du dernier petit tour avant le couvre-feu pendant l'Occupation, celle des traînées blafardes le long de la Saône (blafardes, vous vous rappelez? blanc-bleu, pas blanc-jaune ni blanc-vert) dont le souvenir rafraîchit Julien pendant ses crises de fièvre en face de son papier peint (une petite rose jaune à bouton rose avec un petit noeud de voile mauve, etc. "mais on dirait du Robbe-Grillet!" s'exclamait Pivot en des temps plus anciens en plaquant "Clair de Nuit" sur son genou), oui, le brouillard a joué un rôle dans ma vie et tout naturellement il est passé dans mon écriture. Le brouillard, c'est ce qui donne ce flou artistique aux contours les plus affirmés, c'est un peu notre mousse de Virginie à nous - ces longues bannières  végétales qui pendent aux branches des grands arbres dans le sud-est américain et leur donnent la grâce que donnaient aux robes des dames, au XVème siècle, ces immenses manches en pointe. Ah le brouillard...

     Demain on passe au reste de la climatologie romanesque. Prenez des forces auparavant, car il y aura fort à faire. N'oubliez pas les salutations aux chats pour autant. A demain. Prenez toutefois un parapluie, on ne sait jamais. 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens