Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 mars 2009 7 29 /03 /mars /2009 11:24
      ...font les bons amis; on le sait. Voilà que je m'avise qu'hier je ne vous ai pas donné votre ration, épouvantée d'avance que je suis maintenant de voir apparaître au bas de mon espace réservé le rectangle jaune qui commande de publier. Il me manquait (pardon : il vous manquait) au moins trois lignes, et comme je suis foncièrement honnête (de cette honnêteté bourgeoise et citoyenne en train de se perdre dans les remous de l'histoire économique et financière) je vais faire tout ce qu'il sera en mon pouvoir de faire pour vous restituer votre ration. Ah mais! (au fond, c'est un ridicule scrupule, il m'honore moralement, certes, mais qui a vu qu'il lui manquait trois lignes, hein? Qui s'en est offusqué? Qui même - poussons le bouchon jusque dans les zones de pêche où personne ne s'aventure jamais - a vu que le titre, déjà peu aguichant, ne correspondait même pas au contenu de la dose journalière? Vous savez, si j'avais le caractère moins bien fait que je ne l'ai, je m'offusquerais de cette indifférence dans laquelle vous me tenez, mais oui, mes belins-belines trop silencieux trop éloignés trop portés aux bâillements (est-ce vrai, ça? est-ce vrai que vous bâillez? souvent? seulement de temps à autre? seulement quand je parle du biotope et de la climatologie? vous seriez bien gentils de me renseigner sur ces points, j'ai presque tendance à les considérer comme cruciaux, car si vous décrochez à cause de bâillements qui vous décrochent la mâchoire, il faut bien que je sache comment vous raccrocher - et qui peut le faire mieux que vous?). Oui, j'ai le caractère mieux fait que je ne l'imaginais moi-même autrefois. Que de choses je laisse passer dorénavant qui m'eussent fait bondir aussi haut qu'une faute de français ou d'orthographe il y a peu! Et ne croyez pas que ce soit de la lassitude, que non pas! J'ai conservé toute l'énergie d'antan, mais je trie mieux mes occasions de fureur. Et je me dis souvent qu'il n'y a rien à faire contre l'indifférence : si vous ne voulez pas me dire que vous vous régalez jour après jour des paroles que je vous adresse pour vous faire participer à ma méditation sur les problèmes de l'écriture; si vous tenez à rester sournoisement dans l'ombre, à ne pas desserrer les dents de crainte de me faire comprendre par un son ou un cri que votre jouissance de mes propos est si forte, si intense,  que vous en prenez peur de m'effrayer; si même vous avez peur, tout au fond de vous, que votre coeur ne vous lâche ou que votre cerveau ne se brouille tant je vous procure de l'ivresse et le suprême bonheur de l'intellect, alors alors, mes belins-belines,  je ne suis pas Don Quichotte,je ne vais pas me battre contre les moulins (je n'ai ni sa lance ni l'armet de Membrun, ni même un Sancho  Pança pour compter les coups de loin). Je vais vous laisser à ce que j'appelerais volontiers vos ignorances crasses, car quand je parle à mes minets ils me montrent qu'ils apprécient, ils ronronnent ils se frottent ils ont toutes sortes de petites moues délicates, je vois ce que je fais. Que diriez-vous si je choisissais définitivement entre leurs ronrons toujours à ma portée et vos silences où je sens parfois du mépris? A vous de jouer.
                                                                                                         Lucette DESVIGNES.
Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens