Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 juin 2009 6 20 /06 /juin /2009 18:10
     Je sais bien que, surtout en vieillissant, je suis de moins en moins douée pour les mathématiques - (j'emploie à dessein un mot tonitruant pour le simple maniement des premiers chiffres cardinaux, ce qui s'appelle calcul : si je me reconnais nulle en maths je trouve facilement des échos parmi vous, mes belins-belines, ça peut même vous donner une certaine élégance avec une flûte de champagne à la main, mais si je dis que je suis nulle en calcul au-delà de dix ou, à la rigueur, de vingt, ça la fiche vraiment mal et je suis pratiquement sûre que vous ne me suivrez pas sur ce terrain de la confession honteuse). Oui, c 'est une de mes nombreuses infirmités, je l' avoue, mais aujourd'hui, quand je vois que mon blogrank est 13 (ce chiffre malencontreux à propos duquel j'avais sagement dissuadé mes auditeurs-lecteurs de venir sur mes ondes après le rendez-vous du blogrank 12), je ne peux m'empêcher de penser, a) que certains d'entre vous vont croire que je les ai attirés dans un piège en proclamant hier que nous en étions à blogrank 18, pour les précipiter aujourd'hui dans les  avanies de la malchance; b) que j'attrape facilement la berlue dès qu'il s'agit de chiffres, mais que tout de même 13 ne vient pas après 18. Cela n'a relativement que peu d'importance, je vous l'accorde, mais pour moi qui suis sans cesse en alerte pour vérifier que mes facultés mentales ne diminuent pas, c'est un sale coup pour la fanfare. Oui, vous voilà prévenus, un peu plus tôt que je ne le jugeais nécessaire, mais vous voilà au courant : dès que vous distinguerez le moindre signe de fléchissement dans mes raisonnements, ou dans mon style, ou dans le choix de mes sujets, je vous conjure, belins et belines de mon coeur, de m'informer de vos constatations. Ce sera un service à me rendre, car moi je suis à l'émission, vous êtes à la réception, et entre les deux la vision n'est pas la même. Complaisante de mon côté, direz-vous facilement. Sarcastique du vôtre, pourrais-je penser si vous établissiez le contact avec moi. Donc vous voilà coincés : soit vous vous mettez enfin à prendre la parole ou la plume au premier signe de décadence de ma part, soit vous laissez couler et alors je ne réponds plus de rien, les niveaux seront ce qu'ils seront, ce qu'ils pourront être, les pauvres, mais ce ne sera ma faute que pour partie, vous serez complices et tant pis pour vous si mes informations ne sont plus aussi claires ni aussi variées que vous pourriez le souhaiter . En tout cas aujourd'hui mes facultés sont en ordre de marche et la fourchette que je vous ai tracée ci-dessus (dans la mesure où on peut tracer une fourchette) vous indique le choix à votre portée : à vous de faire ou de ne pas faire, pour le reste je m'en lave les mains. C'est malheureux tout de même que je doive toujours vous quitter en étant mécontente de vous, je ne salue que vos chats ce soir, tâchez d'être un peu plus actifs demain si vous voulez avoir votre bonsoir habituel.
                                                                                              
                                                                           Lucette DESVIGNES.                                     
Partager cet article
Repost0

commentaires