Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 juillet 2009 5 03 /07 /juillet /2009 09:36
    Vous avez bien lu : ce n'est pas patati et patata, qui pourrait servir d'aimable enseigne à d'aimables propos sans portée. Nos rapports, à vous et à moi, sont tout de même d'une autre teneur, n'est-ce pas? Donc il s'agit bien de patates, et si vous   m'avez bien suivie vous vous rappelez sans doute qu'en vous parlant de semailles, je distinguais celles à la volée des plantations de pommes de terre qui se faisaient directement dans la terre, un tubercule avec ses poussons tout au fond de chaque trou. A première vue, on se demanderait volontiers pourquoi ces modes d'emploi détaillés, pourquoi ce sujet terre à terre, mériteraient d'être préférés à d'aimables volubilités. J'y viens : c'est que, hier, ces pommes de terre arrivant au milieu de l'envolée des semailles comme des cheveux sur la soupe m'avaient été dictées, en quelque sorte, par la proximité d'un texte que j'écrivais d'autre part. Vous pensez bien que je ne donne pas à chaque instant des recommandations pour planter les légumes, j'ai d'autres chats à fouetter! Seulement, il se trouve que j'ai travaillé hier (en fait j'y travaille depuis de nombreux jours) sur un texte que je récris en anglais pour l'édition américaine et dans ce texte il est fait allusion aux doryphores : larves et insectes parfaits (quelle idée d'employer ce terme pour une si répugnante bestiole!) et ravages dans les cultures (pour moi qui ai fait la guerre, comme d'ailleurs la grand-mère Léontine le dit dans mon texte, il y a toujours une allusion plus ou moins voilée à l'histoire de l'Occupation - glissons). Et alors, voilà que ces patates et leurs habitants s'en viennent buter sur mon texte à vous destiné, mes belins-belines, alors que rien, mais rien du tout, ne laissait soupçonner cette invasion. D'où mon propos : dans quelle mesure deux textes conjoints peuvent-ils déteindre l'un sur l'autre, s'osmoser, s'interpénétrer  par-dessus leurs containers respectifs? Vous voyez le problème, j'espère. Non qu'il vous soit familier sans doute, puisque vous n'êtes pas écrivains : peu vous chaut  que deux textes puissent en arriver à la collusion, n'est-ce pas?Mais si par hasard il y en a parmi vous qui taquinez la muse, comme on dit à l'Académie, et donc qui écrivez des textes, ne croyez pas que pour autant je vais pouvoir vous renseigner sur la question : je suis sûre que les idées sautent d'un texte à l'autre, une image, une expression,  une métaphore - vous les avez en vous, sans même que vous vous y cramponniez elles font leur petit boulot, elles s'incrustent, modestement, jusqu'au moment où vous aurez besoin d'elles à nouveau, mais justement elles prennent des initiatives personnelles, elles surgissent tout à coup alors que vous étiez bien loin d'elles... Un conseil : sautez vite dessus, si elles se vexent d'être négligées elles vont bouder, se mettre en grève, descendre dans la rue... Vous voyez un peu! C'est comme pour vos chats : soignez-les bien, ils vous le rendront au centuple. A demain, buvez beaucoup, mettez des chapeaux.
                                                                                        Lucette DESVIGNES.
Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens