Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 juillet 2009 7 12 /07 /juillet /2009 08:52
     Eh! bien oui, je suis végétarienne. Il m'a fallu longtemps pour en arriver là. Non que je me sois jamais sentie viandarde à tous crins, comme ma coiffeuse qui déteste les légumes et ne peut se passer d'alimentation carnée (je cite volontiers ma coiffeuse car elle représente pour moi le contact hebdomadaire avec le monde extérieur, et la lecture de Match dans son salon - Point de Vue Images du monde étant scrupuleusement rejeté hors de ma vue par mes soins républicains bon teint - la lecture de Match dans son salon, donc, représente également mon unique contact avec l'opinion de l'hexagone en matière de politique ou d'économie : je prends mes idées personnelles dans "Alternatives politiques" ou "Alternatives économiques", merci, ma méditation s'oriente ainsi davantage sur le droit chemin, celui que ne peuplent point les pipoul, leurs tenues de gala, leurs décorations et aventures galantes, lesquelles devraient rester strictement privées mais sont étalées publiquement pour l'esbaudissement des foules et  leur obsession de la notoriété - ici on respire un grand coup, on l'a bien mérité et les poumons aussi). Donc, pas comme ma coiffeuse, je n'ai jamais été viandarde, et le poisson a connu avec moi des hauts et des bas incessants, au point d'en arriver à l'exil absolu loin de mes menus depuis déjà plusieurs années. Décision tardive, cependant : était-il si difficile de mettre en accord mes régimes alimentaires et mon amour dévorant des animaux, qui bien entendu repose sur la considération respectueuse de leurs droits à la vie? La vision des élevages de dindes, du gavage des oies et canards, des batteries où les poules pondent deux oeufs blancs par jour parce qu'on leur fait croire au milieu de la journée qu'elles en sont déjà au lendemain, la cérémonie de la mise à mort du cochon à la ferme ou le spectacle des abattoirs en temps d'affluence devraient suffire à faire mettre la pédale douce sur la consommation animale.  Et pourtant... Indépendamment des problèmes d'intendance domestique quand on est responsable de l'alimentation d'une famille dans ses goûts variés, il n'est pas aisé de franchir le pas. Dire adieu à la charcuterie, à la volaille, aux lardons dans la salade, qu'elle soit pissenlits ou frisée...Croyez-moi, c'est un grand renoncement., et je ne veux pas vous déguiser ce qu'il peut coûter. Mais de penser à la souffrance en tous genres qui est le lot des bêtes et qu'on pourrait leur épargner... ça fait du bien,  ça compense, les théories et les principes se moquant un peu de leur portée une fois amenée sur le terrain pratique. Il n'y a que mes chats qui restent imperméables au respect de la vie chez les oiseaux ou les souris - ils ne me les amènent plus en trophées de chasse, parce qu'ils savent la réception sermonneuse à laquelle ils ont droit, mais... ils me cachent leurs victimes sous des feuilles!  Et je les aime et je leur pardonne, que voulez-vous! C'est comme vous,  mes belins-belines, je vous pardonne et je vous aime même si vous ne vous mettez pas exclusivement aux fromages, fruits et légumes! A demain.

                                                                                          Lucette DESVIGNES. 
Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens