Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 août 2009 2 25 /08 /août /2009 18:47

     On frise le pléonasme par ici, mes belins-belines! Une séquence étant une suite, donc une série, les séquences en séries ont un petit goût de soldat militaire, de constellé d'étoiles, d'éclair fulgurant, de travail laborieux, de voire même (ce dernier si prisé de nos acrobates de la télé). Rassurez-vous : je suis pleinement consciente et m'empresse de vous préciser qu'il s'agit des enchaînements de séquences dans les séries télévisées. Toujours la BBC dans son annexe la plus médiocre, la moins intellectuelle (mais à part BBC News c'est la seule que je puisse attraper, faute de grives on mange des merles, vous le savez bien, surtout moi avec mon régime sans viande), et toujours ces séries minables dont cependant pour l'observateur le désossement des mécanismes est intéressant, à côté des exercices pour linguistes et des acquis en sociologie. Donc, moi qui me passionne toujours pour l'agencement des mécanismes dramatiques (qui est-ce que vous parlait de Feydeau tout récemment? et d'Anouilh aussi? et de Giraudoux?) j'ai constaté à la longue un truc qui doit être devenu chez les réalisateurs de la série des Eastenders une sorte de nécessité, de base de travail ou de montage. Quand un personnage ouvre une porte pour sortir, fffrrrttt! c'est est immédiatement un autre qu'on voit accomplir le même mouvement. Quand l'un d'eux débouche une bouteille et verse du vin dans des verres (et là, si vous avez bien retenu votre leçon, vous savez que ça arrive souvent), c'est dans un autre appartement qu'on le boit : d'ailleurs, finement, s'il verse du rouge c'est du blanc qu'on déguste ailleurs (avec variantes aussi sur la forme des verres :  gros ballons pour le rouge, flûtes pour le mousseux - ils disent Champagne, mais rien qu'à voir les bouteilles, moi, je subodore que ça vient de Saragosse...). Quand  on se dispute dans un foyer, juste une substitution et nous voilà dans un autre où la querelle revêt des formes voisines. En gros, le geste qui conclut une séquence redémarre sur la séquence suivante, comme s'il était besoin de ces fondus enchaînés pour permettre au spectateur "lambda moins" de suivre ce qui se passe. C'est d'une touchante naïveté, et la répétition finit non par lasser mais par vous mettre dans une espèce d'euphorie. Dans un film américain plus ou moins maudit tourné dans des conditions désastreuses (Cary Grant était furieux d'être le mari trompé, Deborah Kerr avait un rhume terrible, Mitchum s'ennuyait à cent sous de l'heure) qui s'intitulait "L'Herbe est plus verte" (je traduis pour les sourds et malentendants) , il y avait un truc de cinéaste qui était très inventif : on voyait Mitchum jeter en l'air une goutte de champagne, et c'était Cary Grant qui la recevait dans l'oeil dans la séquence du dessous. Je suppose que le réalisateur des Eastenders à dû trouver ça intéressant (ça doit remonter au moins aux années 50, le temps de digérer tout ça, quoi, et ça devient un chattertonnage automatique pour s'éviter d'avoir des maux de tête). Je vais tâcher de voir si c'est un truc  de pratique courante. Je vous rappelle dès que possible.

                                                                                                  Lucette DESVIGNES.

Partager cet article
Repost0

commentaires

3
Consequently, it can present performed article package.
Répondre

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens