Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 août 2009 5 28 /08 /août /2009 16:07

     Prenez Halloween, précisément. Au départ, une célébration  rustique des Indiens d'Amérique du Nord qui acceptaient l'agriculture (certaines tribus refusaient de déchirer le  sein  de la Terre Mère en la cultivant, ne nous occupons pas de celles-là) : à la fin d'octobre, toute la récolte du maïs était faite, ainsi que celle des courges, autre base de l'alimentation des Indiens ; donc on célébrait cet approvisionnement bienvenu par des danses rituelles    en remerciant les esprits des anciens qui avaient assuré cette récolte  (en quelque sorte c'était ce que donnera le Thanksgiving des chrétiens, ces actions de grâces  à la clôture des moissons, lorsque, pour les premiers colons, elles avaient réussi,  ce qui n'était pas toujours le cas, mais enfin la tradition s'en  était établie). L'association des esprits des morts à ces célébrations rituelles n'avait rien pour troubler les colons, à la fois religieux par disposition, surtout aux alentours de la Toussaint et du jour des Morts, et en majorité au XVIIème siècle de provenance britannique, donc ayant déjà assimilé dans leur tradition nationale un élément historique à grand retentissement, la Conspiration des Poudres (destinée à faire sauter le Parlement londonien) et, par voie de conséquence, l'exécution de Guy Fawkes le Ravachol de l'époque. Le tout dans les tout premiers jours de novembre. Il n'y a pas si longtemps encore,  les enfants se "gônaient", comme on dirait à Chalon pour les Gôniots, avec de vieux châles ou de vieilles vestes mais surtout des masques qu'il fabriquaient modestement avec du papier de journal auquel ils faisaient deux trous pour les yeux. Il n'était pas alors question de sorcières et d'évocations macabres; simplement ils réclamaient un petit sou ou des friandises (penny for the Guy, Mister! ) et, tout de même, vous menaçaient d'une malédiction si vous ne vous exécutiez pas. Rien d'effroyable dans tout cela, dont tous les éléments sont pourtant rassemblés : l'époque de l'année, toujours temps de brouillard et de nuit vite tombée, l'évocation des morts, l'atmosphère de réjouissance un peu glaçante, les masques propres à cacher l'identité, les courges...L'inventivité américaine a fait le reste, qui a transformé ces significations de base en une colossale affaire commerciale débordant vite sur le reste du monde, comme toutes les calamités américaines.Il faut avoir vu comment la célébration de Halloween agrémentée de sorcières a su pénétrer dans le plus humble foyer USA, avec les lampes grimaçantes qui s'allument quand on tape dans ses mains, avec les costumes pour les enfants,  qui s'ils ne sont pas sorciers ou sorcières (et fardés dans l'horrible de manière à faire dresser les cheveux sur la tête) sont des squelettes avec ou sans faux, déambulant comme .des déterrés en  tâchant de faire peur aux autres. La fièvre de Halloween s'est répandue comme la peste sur le pauvre monde, elle a je crois connu  son apogée et à présent elle est en voie de récession, ce qui n'est pas si mal - mais la question reste posée : pourquoi la présence brutale des sorciers et sorcières qui n'existaient pas à l'origine? On pourrait rester sur le sujet demain, non? Bises aux chats.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens