Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 août 2009 6 29 /08 /août /2009 09:25
     Oui, disais-je hier en terminant, la question reste posée. Comment des éléments tout simples, tout ordinaires, dont chacun porte en soi sa raison d'être sans recours à l'étrange, ont-ils pu s'amalgamer jusqu'à créer cette explosion de macabre, de violence, d'horreur? Je soupçonnerais volontiers l'esprit anglo-saxon d'être intervenu ici de manière déterminante : je ne vois guère le même phénomène se produisant en Italie ou dans la péninsule ibérique, si marquées qu'elles puissent être ici et là par des superstitions et adorations miraculeuses. En fait, la marée des célébrations de Halloween sur notre continent (j'en excepte la Grande-Bretagne comme d'elle-même elle s'excepte de l'Europe et de l'Euro) est un phénomène tout à fait récent, adventice, ponctuel - de peu de durée, souhaitons-le, car il n'y a pas de racines profondes. On dit souvent que l'Angleterre est le pays des plus grands criminels, doués de l'imagination la plus perverse et la plus cyniquement avide d'horreur : est-ce une simple constatation? Je n'en sais rien du tout. Mais je sais que les oeuvres littéraires les plus capables de faire frissonner un lecteur sont pléthore outre-Manche, et, par voie de conséquence (tel père, tel fils) outre-Atlantique. Ce n'est pas une coïncidence si Harry Potter est anglais (ou plutôt était : paix à ses cendres, d'après ce que j'en ai appris récemment, toujours en retard d'une guerre que je suis pour les potins mondains ou même les nouvelles locales), si le Da Vinci Code qui a remué tant de consciences et de salive et d'encre d'imprimerie  - pour pas grand chose au fond, dites voir - vient d'Amérique, si déjà avant eux il y a avait du Dr Jekyll and Mister Hyde éparpillé dans l'air du monde à partir de Stevenson, du Dr Moreau à partir de Wells. L'attrait de l'étrange   est, ailleurs que "chez nous" fondamentalement, proche de l'attrait de l'horrible : quel besoin de faire intervenir de telles séances de sorcellerie dans les difficultés d'un ménage portées par Kidman et Tom Cruise? de créer des monstres criminels mangeurs de langues ? Je viens de voir l'intervention des pratiques de sorcellerie dans une série britannique d'habitude vouée aux énigmes policières compliquées qu'il faut débrouiller avec flair et intelligence : l'état du cadavre de départ est déjà suffisant pour la ration normale d'horreur du spectateur ordinaire. Eh! bien on en rajoute dès que l'atmosphère de Halloween accompagne le tout. Faciès déformés par la présence démoniaque, corps dépecés (ou, mieux que ça, partagés en deux selon la colonne vertébrale soigneusement ôtée, éviscérés, éparpillés, au petit bonheur la chance semble-t-il - mais non! il y a une raison maudite derrière tout cela), signes cabalistiques inscrits sur la peau vive comme un marquage de bêtes à cornes au Texas, cérémonies secrètes dans l'odeur du sang et parfois du stupre : chez nous Monsieur Verdoux s'en tirait tout seul, sans bruit, sans recours au démon - il n'y avait que la fumée qu'il ne pouvait cacher... Promis : demain on changera de disque totalement. Ne donnons pas de cauchemars à vos chats.
                                                                                          Lucette DESVIGNES.
Partager cet article
Repost0

commentaires

J
Bonjour, Mme Desvignes.

Notre proposition ( je parle au nom d'un Comité qui mérite bien à mon sens le salut public) à laquelle vous avez eu la gentillesse d'accorder votre acceptation - là je pourrais préciser en quoi cela consistait...- va se concrétiser en décembre.
Dans votre réponse, vous précisiez : "si cela ne me procure pas trop de travail", ce que je conçois tout à fait.
Mais comme il s'agissait de coucher sur le papier - doit-on alors dire lever sur l'écran, quoique le sens ne soit pas le bon ? -descendre sur l'écran ?, vous me donnerez votre sentiment ( je veux dire votre avis bien sûr) - quelques extraits de vos interventions de bloggueuse ( ça ressemble trop à blagueuse pour que l'on mette l'Académie sur le coup de nous trouver une variante - qui comme toutes ses inventions resterait de toute façon confidentielle ) et donc de piocher ici pour notre revue, le travail devrait être très restreint.
Je pensais faire le choix, mais il vous semblera peut-être plus judicieux de le faire vous-mêmes... sur la base de 4 à 6 de vos interventions environ, les plus représentatives du ton et du style que vous employez pour vos messages à la gens féline ?

Au plaisir de vous lire.
Amicalement
( à l'occasion, peur-être au Clos Vougeot le 27 septembre).

N.B. : il est possible que ce premier pont entre notre revue et votre blog soit l'amorce d'une série tendant à mettre en valeur la possibilité d'une littérature "internelle."
Répondre