Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 août 2009 1 31 /08 /août /2009 10:46

     De même qu'en août nous étions résignés à ne pas pouvoir contacter un plombier, un dentiste, un coiffeur, le  facteur habituel, j'en passe et des meilleurs; à considérer que toutes les administrations étaient plongées dans un sommeil évocateur des siestes méditerranéennes qu'il valait mieux ne pas interrompre (comme dans certains petits restaurants où les toilettes sont voisines du domaine du chef lequel tâche de se préserver des incursions malvenues par une étiquette significative : "Attention! Chef méchant!"); bref, à nous tasser pauvrement dans un reste de vie végétative à l'image de la nation privée de tout ressort pour cause d'absence-loisirs-vacances bien décidée à répondre fièrement au métro-boulot-dodo des rythmes habituels de la capitale et de ses banlieues, de même en septembre nous relevons la tête comme les brins d'herbe après une ondée : joie sur le monde! le travail reprend partout! Des frémissements annonciateurs de la reprise du collier, à défaut de la reprise tout court, qu'en hauts lieux on nous annonce prudemment mais fermement (ils voient ça de leur fenêtre, elle doit être située tout en haut de leurs buildings de la Défense, nous n'y avons pas accès, d'où la différence de point de vue, vous comprenez) sont déjà perceptibles, on parle d'écoles ( qu'on ferme d'ailleurs plutôt qu'on ne les rouvre), de programmes, de réformes timides ou de ce qu'il en reste, bref bref bref la machine va s'ébranler, se remettre à l'oeuvre, même les parlementaires vont se rameuter pour la saison nouvelle. C'est le moment d'acheter pour les mômes un nouveau tablier (mais non! que je suis bête! kéksèksa un tablier? C'était pourtant le nivellement le plus démocratique qui fût, de mon temps, puisque les habits n'étaient pas soumis à compétition , cachés qu'ils étaient sous cette espèce d'uniforme sans charme, oui sans charme mais égalisateur, oui ou non?). Bon. Trêve de considérations sociologiques! L'essentiel est que la nation se remettre en branle, mais avec tous ces chômeurs elle va avoir du mal. C'est un peu comme la sève de printemps, elle court dans toutes les veines mais les malades et les culs-de-jatte n''ont pas le même parcours à lui proposer.  La reprise de collier se fera donc bancalement, avec de la peine, et j'admire qu'on puisse déjà, à une émission de radio matinale, constater que l'interviewé est plein d'insolence. Oui j'admire. Non que j'aie jamais douté des capacités d'une langue acérée à s'exprimer avec une intelligence aiguë et un merveilleux sens de la répartie, mais c'est le matinal qui me plonge dans des abîmes de respect. Dès le matin... peste! C'est tout juste si je trouve les trous dans mon visage pour y installer mes yeux, moi, pas question de me bousculer les méninges qui se trouvent à l'étage au-dessus...Moi j'étais plutôt du genre papillon de nuit, mais je crois bien que maintenant je ne suis plus ni du matin ni du soir. Si j'en croyais mes chats, je dormirais toute la journée. Heureusement que vous êtes là, mes belins-belines, pour me rappeler à l'ordre. La bise à vous, à demain!

                                                                                          Lucette DESVIGNES.

Partager cet article
Repost0

commentaires