Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 septembre 2009 3 16 /09 /septembre /2009 10:00
     Ah! mes belins-belines, heureusement qu'il y a parmi vous des lettrés! Des qui connaissent la poésie enseignée dans les écoles! Des qui ont de la mémoire, et de l'ordre, et de la méthode, puisque, à peine ai-je fait allusion à "quelque illustre inconnu", ils bondissent. Illustre inconnu?Henri de Régnier un illustre inconnu? Ils vous sortent le reste du poème (dont, faute de mieux, je n'avais cité que deux vers, ùmisérablement), même que, certes, la mémoire ainsi rafraîchie, je retrouve les sons, les phrasés, les mots mal retenus, mais d'autre part jignorais - pour de bon : j'accuse ici mon inculture et non les défaillances de ma mémoire - le deuxième couplet sur l'outre trop obèse qui va craquer aux coutures, tout en attirant les abeilles. Ainsi vu dans son ensemble, le poème mérite certainement d'être récité avec plus de sentiments que dans ses deux premiers vers. J'avoue, oui, penaude, et doublement penaude parce que j'aime Henri de Régnier, et qu'il m'arrive souvent d'en citer des petits bouts. En face d'une superbe colline que révèle l'autoroute A6, à gauche direction N-S, à peu près à la latitude de Vézelay, je mumrure invariablement "Cette colline est belle, inclinée et pensive"... Et lorsque la lune - en septembre surtout, tiens, quelle rencontre! - vire à l'orange avec sérénité, je ne peux jamais me retenir de dire "Savions-nous / Que cela finirait en cette lune jaune / Qui monte et s'arrondit entre les peupliers?"... Je n'ai d'ailleurs pas du tout l'impression que je m'inflige ici un "Pan sur le bec!" façon "Canard enchaîné". Au contraire, je suis heureuse de cette connexion via Internet, elle m'émeut et me ravit... En outre, la découverte du reste inconnu du poème m'a apporté deux joies : l'une est la beauté de certains vers, surtout quand un alexandrin ample et noble succède à des rythmes plus rocailleux (pour l'alexandrin, Régnier est passé maître, même si c'est en volume moindre par rapport à Hugo), et d'une; l'autre est précisément la découverte de ces autres rythmes, un peu cahotants, inattendus, donnant du poète une image dépoussiérée, et de deux. L'aventure me donnerait presque envie de recommencer, délibérément cette fois... Chiche?

                                                                      Lucette DESVIGNES.
Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens