Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 avril 2013 1 15 /04 /avril /2013 12:19

Mon taxi suit une rue tranquille bordée de marronniers roses, squelettiques encore il y a deux jours, recouverts partout aujourd’hui d’une petite mousse d’un vert tendre qui garantit avoir fait son apparition dans la journée d’hier. « Je n’en crois pas mes yeux, dit l’homme de la mécanique automobile, en deux jours tout s’est mis à exploser. J’ai dans mon bout de jardin un cerisier japonais, la semaine dernière je me demandais s’il n’avait pas été mortellement atteint par les gelées à répétition qu’on a eues en mars tellement qu’il était vilain, eh ben ce matin il est tout couvert de fleurs roses, voilà que j’ai peur maintenant qu’elles passent trop vite, sans que j’aie eu le temps d’un profiter comme je le voudrais ». Presque une âme de poète, cet homme de mécanique.  Cela me touche. Par-dessus la murette, dès qu’il m’a déposée à bon port, je lui montre mes jacinthes, mes narcisses au gros cœur vieux rose, mes étoiles de printemps et mes ixiolyrions d’un bleu si émouvant (pour moi qui n’aime pas trop les fleurs bleues) qui en sont à leur dernière semaine, pour sûr, mais qui, par leur nombre et leur proximité, peuplent de manière vivante, presque bavarde, la bordure de cette belle plate-bande sous ma terrasse. Rien ne lui échappe : il suit de l’œil les courbes infligées au rosier grimpant, compte les pousses qui s’y dressent à intervalles réguliers, juge ce qu’elles vont donner en fleurs et en parfum d’après leur vigueur et leur coloration presque écarlate « Je suis sûr qu’il y a deux jours y avait rien sur les branches » - si, j’avais vu de petits renflements qui n’attendaient qu’une journée ensoleillée,  mais je ne le détrompe pas : un mécanicien aux goûts de jardinier, ça ne se bouscule pas, pas chez moi en tout cas.. Il regarde les lilas bourgeonnants, les cœurs-de-Marie sortis en bottes vermillon avec la force irrésistible d’un geyser, les fuchsias encore minuscules dont seule l’illustration fichée en terre donne une idée    de leur beauté à venir, puis se retourne vers mon rosier : « C’est çui-là que je voudrais bien voir quand il en sera à avoir des  fleurs partout… » Je l’invite à revenir jeter un coup d’œil au mois de juin, mais il ne se fait pas prier…

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens