Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 avril 2011 4 07 /04 /avril /2011 09:18

 

 

            Quand on se lance dans l’étude de Job (non pas le papier à cigarettes pour fumeurs artisanaux, mais le désespéré de la Bible qui continuait à croire au milieu des pires épreuves), il faut se préparer à s’enraciner autour de son fumier (qui n’est que cendres séchées, mes belins-belines, et non raclures de sols d’étables comme on le croit à l’étourdie) donc se préparer à séjourner longtemps en Judée et en Israël, quitte à tâcher de tracer les frontières de l’entreprise indépendamment de la géographie ethnique actuelle. Les bibliothèques ne connaissant ni frontières ni préjugés et les jésuites ou les dominicains s’y rendant absolument indispensables, la quête de Job se fait surtout dans les bribes de textes, à croire ou à ne pas croire, les pro et les contra, la vérité et la légende, la foi et le doute, les malheurs et la raison, la culpabilité et l’innocence. Cela en fait, mes belins-belines, des notions à remuer, dépoussiérer,  passer à la loupe,   relativiser ! Cela en fait, des faits et des arguments aussi peu solides les uns que les autres ! Cela permet aussi de tourner en rond, sans structure nette prévue ou annoncée, de multiplier les anecdotes, d’évoquer ses propres voyages, ses propres souvenirs, ses propres sentiments, d’enfiler les perles (à la forme parfaite) d’une méditation assez fumeuse qui sous prétexte de tourner autour de Job tourne surtout autour de soi dans ses rapports avec l’intelligenzia de la recherche à son plus pointu, son plus fermé, son plus distingué. Oui, mes belins-belines, je veux bien admettre que nous sommes tous des souffrants (certains plus que d’autres d’ailleurs) et qu’il nous revient de choisir nos rapports avec le destin et la vie sans trop faire intervenir Dieu si cela nous chante ; mais de là à sauter sur le prétexte biographique pour étaler sa science, son érudition en tout domaine, sa largeur de vues, sa méthode originale d’écrire la vie de quelqu’un qui n’a pas existé, surtout sans doute son appartenance personnelle - celle qui vous pose le bonhomme - au petit groupe des chercheurs sur la Bible qui portent au front le signe des élus …Tout cela frôle la tromperie sur la marchandise, on devine presque l’envie refoulée de se construire sa propre statue en brandissant l’humilité d’autrui…

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens