Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 février 2011 7 20 /02 /février /2011 09:22

    

     Nous voilà donc de nouveau réunis, mes belins-belines, un jour de farniente pour les uns et de piété pour les autres : je me suis laissé dire qu'il y en avait encore quelques poignées à suivre les offices assidûment, mais que leur diminution chagrinait moult leurs instances - et qui ne les comprendrait? Les foules préfèrent d'ailleurs, même au farniente, l'appel des pentes de glisse, sandwiché entre un aller et un retour de galère sur les routes enneigées et verglacées où le pire inconvénient vient des autres amateurs de sports d'hiver une fois qu'ils ont rechargé les skis et luges sur les fixe-au-toit et décidé d'encombrer jusqu'au bouchon le plus récalcitrant les circuits routiers, grands axes ou chemins départementaux. Ah qu'ils paient cher leur plaisir de quelques heures, ces   skieurs redevenus automobilistes pour rentrer au bercail! J'espère au moins que,  recrus de fatigue et de grand air, les mouflets à l'arrière dorment à poings fermés, se refaisant des forces pour attaquer (mais à quel moment? question à dix balles) les devoirs et les leçons dont le contrôle va s'imposer dès le lundi matin. Gageons que les enfants d'immigrés deuxième génération sauront mieux que ces jeunes sportifs éviter le courroux des maîtres ou accroître durablement leurs connaissances, grâce à un esprit et une attention moins atteints par l'épuisement du physique. Vive le sport, mes belins-belines! Aux USA, n'est-ce pas la voie royale pour être admis dans les universités prestigieuses? Et chez nous, donc, le prix des sportifs de haut niveau, ceux qui se louent au plus offrant (en échange parfois de fort piteuses prestations malgré des réputations fabriquées dans les vestiaires) n'est-il pas tentation permanente pour les adolescents rêvant de faire fortune au plus vite et certainement pas par le biais de la culture? Je songe, dans cette optique, à un programme scolaire qui supprimerait la lecture, l'orthographe (pourquoi faire, puis qu'on peut être admis au collège en sachant tout juste écrire son nom?), le calcul (en attendant d'avoir un comptable sûr et discret, c'est la famille qui va contrôler les revenus du prodige du  ballon rond ou ovale au fur et à mesure de son ascension) et toutes les inutilités que des maîtres misérablement payés dispensent sans conviction?Ah mes belins-belines, il en reste des choses à peaufiner sur le grand chantier des générations montantes! Heureusement qu'on peuit compter sur le zèle et la compétence des décideurs d'en haut, c'est tout de même regonflant de pouvoir leur faire confiance. A demain!

Partager cet article
Repost0

commentaires