Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 mars 2010 7 14 /03 /mars /2010 08:39
Ah! mes belins-belines, gageons qu'hier même tard en soirée, après avoir toute la journée attendu mon passage sur vos ondes - en vain - vous vous êtes mis au lit avec désespoir et rancune. Désespoir, parce que vous n'aviez pas votre ration quotidienne de somnifère. Rancune, parce que c'était facile de m'accuser d'abandon d'enfants, d'oubli du devoir etc.etc. Oubli du devoir, moi? Un dimanche où on va voter pour transformer le visage du monde? Que nenni! Si vous me connaissiez comme vous devriez me connaître maintenant, vous sauriez que je n'abandonne jamais. Mais hier, que voulez-vous, la journée s'est passée sans que j'en visse (mais oui, visse, vous avez bien lu) le déroulement. C'est que je suis plongée dans la relecture des épreuves de "L'Histoire de Colombe", vous devinez si je suis accaparée. C'est qu'il s'agit de ne rien laisser passer, je repasse la dernière par derrière déjà bien du monde sérieux et appliqué. C'est que chaque lettre compte, comme chaque goutte de l'huile Labo il y a cinquante ans (huile pour voitures et non pour salade, mais chaque goutte comptait quand même). Imaginez ce qui se passe quand une lettre a sauté à l'impression. Prenez une phrase comme par exemple, dans un "Rustica "quelconque : "Une poignée de crocus sur de la mousse sont du plus charmant effet". Supprimez le R du quatrième mot, catastrophe! L'effet d'ensemble se trouve gâché. Donc je veille, dans cette relecture de mes textes, à éviter fiel au lieu de miel, ou mardi au lieu de hardi, ou grange au lieu de grande - et je ne vous dis pas tout!  Forcément, une fois enlisé là-dedans, on ne sait plus l'heure. Ajoutez à cela qu'e je voulais fourbir mes armes de citoyenne et tâcher de retrouver ma carte de votante   dès la veille pour être tranquille et dormir du sommeil du juste, et qu'après avoir découvert que le tiroir secret où j'enfouis mes trésors (dont ma carte d'électrice) restait irrémédiablement coincé, j'ai dû faire appel à de bonnes volontés annexes pour le décoincer, ce qui fut enfin réalisé tard dans la soirée. Vous devinez mon état de nerfs après toutes ces alarmes : l'inspiration bloggueuse n'y a point résisté. Voilà pourquoi je ne chôme pas aujourd"'hui, mes belins-belines, : je tiens à vous donner votre compte. Je vous donne même rendez-vous sur les écrans de télé de l'univers, ce soir, où ils vont tous nous dire qu'ils ont gagné, ça sera tout de même réconfortant.

                                                                                                 Lucette DESVIGNES.
Partager cet article
Repost0

commentaires

S
<br /> Vous avez raison de bien tout vérifier.<br /> Je me souviens de cette histoire de journaliste qui était un habitué des coquilles dans ses articles. Ayant décidé d’en faire un recueil, il baptisa ce dernier « mes plus belles coquilles » mais<br /> par malheur oublia encore le « q ».<br /> Désolé d’avoir été quelque peu grivois, mais de temps à autre, il faut bien montrer qu’on suit.<br /> Portez-vous bien, ainsi que vos chats.<br /> <br /> <br />
Répondre

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens