Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 août 2012 5 24 /08 /août /2012 11:14

            C’est bien connu que je bagarre avec le temps sans jamais connaître la moindre pause dans cet affrontement à armes inégales. Non seulement je méprise ce qu’on appelle les « time killers », les tueurs de temps (jeux divers, passe-temps et compagnie), mais encore et surtout j’avoue que je ne comprends pas leur existence : le temps nous tue, mes belins-belines,  nous n’avons pas besoin de le viser pour le faire disparaître délibérément, et vous savez bien que la dernière heure emportera la victoire – ultima necat. Alors, foin des sudoku ou mots croisés de divers niveaux, tout autant que des jeux de société inventés pour laisser filer courtoisement quelques heures où les mains n’ont rien à faire et où le cerveau se roule en boule comme s’il se préparait à l’assoupissement réparateur… Jouir de l’heure n’est pas la négocier en lui tordant le cou ! Le Carpe Diem des Anciens est la vraie formule épanouissante… Vous vous rappelez sans doute que dans Les Misérables,  lorsque les étudiants qui laisseront leur vie dans les affrontements policiers vont se détendre au bord de l’eau, ils recherchent les carpes au gras d’un troquet minable mais sympathique – et c’est l’occasion pour notre Totor national de montrer ce qu’il est capable de faire avec les mots ou les lettres : la pancarte « Carpes hogras » (il fallait le faire, déjà !) a perdu de sa peinture, si bien qu’il ne reste que CARPE HO RAS en incitation hédoniste à jouir du moment présent sans penser à celui qui va suivre… C’était plus que tiré par les cheveux (il y a d’autres fois où Totor était mieux inspiré, mais Les Misérables cela se déguste par fractions, avec tout ce que cela contient à boire et à manger dans chaque compartiment, c’est à prendre ou à laisser) – toutefois cette lourde insistance à profiter du passage des heures s’oppose si jovialement au besoin de faire disparaître le temps libre d’un agenda pourvu de trop de loisirs qu’on ne peut que s’associer à cette célébration épicurienne de la minute : avant que la dernière ne nous tue (puisqu’elle est prévue pour ça), il nous faut tricher avec ses compagnes, folâtrer avec elles, contenter nos désirs ou nos envies égoïstes – allons, un peu d’égoïsme de temps à autre n’a jamais fait de mal à personne….

Partager cet article
Repost0

commentaires