Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 août 2011 6 20 /08 /août /2011 11:22

          C'est fou ce qu'en quelques décennies les goûts peuvent avoir changé! Je suis à mon aise dans le compte des décennies, car j'en ai traversé déjà pas mal et je puis ainsi avoir une vue d'ensemble. Je crois vous avoir déjà signalé que dans mon très jeune temps, à l'école primaire (et publique comme il se doit) on montrait du doigt, avec des Oh! de réprobation permanente, les manches trop longues qui passaient sous des manches trop courtes : cela voulait trop évidemment dire que le paletot du dessus aurait eu droit au remplacement, mais que les fonds de la famille lui commandaient d'attendre la saiso n prochaine. Or depuis deux ans c'est le grand chic d'empiler des frusques en recherchant ce dépassement ignominieux, et plus il y a d'empilements combinés en dégradé de longuer, plus c'est chic. D'où le fréquent défilé de mode auquel on assiste dans les rues, il faut donc croire qu'il y a des amateurs. De la même manière, et toujours par le biais de ma référence à l'école primaire; les ongles noirs se signalaient à l'attention pour une diatribe personnelle de l'autorité éducative, donc la maîtresse, élargie en leçon de morale générale avec, inévitablement, l'exhibition aux yeux du publics des mains dont les ongles étaient de cette ignominieuse coloration - les Oh! d'horreur et de condamnation répondaient docilement à cet élargissement. Eh bien, que dire lorsque de nos jours , après des vert sapin opaque qui ont assuré la transition (lamentable à mes yeux : le vert des sapins doit être laissé là où il pousse,  sans transplantation d'esthétique) le fin du fin en arrive à être du ripolin noir, de la valentine couleur réglisse? D'autant que, puisqu'alors il s'agit de raffinement du goût et du soin de soi, la longueur insolite des ongles va avec :  interminable, peut-être comme chez les mandarins de haute époque signe d'une inutilisation absolue des  mains pour prouver la noblesse...Je souffre lorsque mes séries journalières soulignent la prétendue beauté des femmes par ce  badigeonnage outrancier, que je trouve pour ma part éhonté. Et l'autre jour c'était une mariée, une mignonne petite mariée, qui exhibait ses ongles charbonneux et brillants en tenant son bouquet virginal. Dans dix ans, elle n'aimera pas se retrouver sur la photo du jour, j'en suis bien certaine.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens