Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 février 2013 6 09 /02 /février /2013 10:57

Chaque fois que j’entends un commentateur sportif utiliser le verbe « supporter » pour désigner les aficionados du ballon rond ou ovale qui sont venus en foule « encourager » ou plus exactement « soutenir » leur équipe favorite, je grince des dents. Vous imaginez bien qu’en fonction de cet emploi imprévu de ma dentition, j’aurais eu intérêt à être dotée dès l’enfance de dents de lapin – celles, vous savez, qui doivent être impérativement limées par une activité buccale incessante de l’animal, sans quoi il risque un entrecroisement fatal des mâchoires du haut et du bas puisque ces fameuses dents poussent sans arrêt : c’était peut-être la meilleure manière de m’assurer qu’en fin de vie je pourrais encore disposer du coefficient masticatoire suffisant. Toujours est-il que les populations qui font du sport dans les tribunes ignorent probablement que « supporter » en français veut dire « tolérer avec plus ou moins d’impatience », elles s’imaginent que le franglais leur garantit une allure active de dynamisme et d’énergie. Au fond, depuis le temps que cette incongruité de vocabulaire semble avoir été acceptée, je ferais mieux de ne plus grincer des dents. Il y a en effet mainte autre occasion de s’irriter  des détournements ridicules du sens des mots : ne viens-je pas de trouver, en feuilletant distraitement un catalogue de grandes surfaces (là où les Canadiens vont « magasiner »), une promotion de « tartes grillées » ? Apparemment ces tartes sont recouvertes d’une croûte qu’on a étirée comme un grillage, et c’est assez joli, mais en vérité elles sont étiquetées comme sortant du four après qu’on les y ait oubliées…J’ajoute la tarte grillée à ma collection de monstruosités, mais cela ne me donne pas envie d’y goûter.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens