Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 octobre 2009 4 22 /10 /octobre /2009 10:46
     Je vous parle toujours de mes chats, mais je ne vous les ai encore jamais présentés. Je pourrais le faire individuellement, chacun a son  caractère aussi marqué que la couleur de sa robe ou de ses rayures (et ocelles : mon Benjy a la moitié du corps tigrée, l'autre ponctuée comme une truite - je vous assure que l'effet est garanti). Mais j'aurais peur de décourager, voire d'effrayer, les belins-belines pour qui le poil de chat signifie allergie ou qui, tout simplement, n'aiment pas les bêtes. Je me contenterai donc pour aujourd'hui de simplement vous mentionner leur intelligence, ce qui ne surprendra personne ayant déjà eu à ses côtés un de ces félins à la mentalité mystérieuse. J'avais déjà eu l'an dernier la révélation du pragmatisme de ma Betsy Belle, mon angora chouchou qui semble toujours à l'écart du monde, ne cherchant à grignoter un petit quelque chose que lorsque toute la meute a été servie, ne se mêlant pas aux jeux collectifs lorsqu'ils se déchaînent, préférant faire ses petites mines pour me charmer lorsque nous sommes seules toutes les deux. Elle qui avait l'air si passif, si indifférent à tout ce qui n'était pas elle ou moi, m'avait étonnée par sa participation incongrue à mes angoisses : le petit Benjy à ses toutes premières sorties dans le jardin et surveillé par mes soins comme lait sur le feu faisait soudain mine de passer la grille, se lançant ainsi vers l'inconnu et ne me garantissant en rien que son retour au bercail fût programmé dans sa petite tête. L'angoisse de ma voix rappelant l'innocent fuyard était sans doute perceptible pour des ouïes de minette, car soudain ma belle indifférente, jusque-là tranquillement assise sur la même marche du perron que moi, bondit vers la rue, se glisse entre la grille et le jardin, empêche l'audacieux de se cavaler et me le ramène, autant un chien de berger. Deux fois, trois fois de suite le même manège aboutit au même résultat. Naturellement j'inscris cet exploit de l'intelligence féline dans mes petits carnets, supérieur à tout travail canin car parfaitement impromptu, non commandé, non dû à l'apprentissage réglé par les maîtres. Eh bien, croyez-moi si vous le voulez : cette année où les audacieux lâchés dans le jardin dès leurs première sorties sont mes deux perles noires,  le minou couleur charbon avec la moustache blanche ainsi que les vibrisses et sa petite soeur encharbonnée jusqu'au nez ( ceux qui furent trouvés les yeux à peine ouverts sur un tas de détritus et que je me suis offerts en cadeau de Quatorze Juillet) cette année, donc, où il s'agit d'empêcher la progression des deux individus vers la rue, c'est mon Benjy qui fait le gendarme. Il me les ramène, tantôt l'un puis l'autre, tantôt les deux à la fois,et puis il me regarde avec ses yeux tout ronds qui ne sourient jamais...Comment voulez-vous qu'il ne soit pas idéal de vivre en symbiôse avec les "chats, chattes et chatons" comme dit Marot? Allons, à demain. Ne fouettez surtout pas les vôtres dans l'impatience de me lire encore.
                                                                                                                       
Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens