Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 août 2012 1 27 /08 /août /2012 11:13

            La fille de l’épicière de mon enfance – une petite épicerie de coin de rue, où l’on trouvait, outre des mouches en abondance, aussi bien des bananes que de la crème dite fraîche vendue à la mesure et du beurre en livres moulé dans son moule de bois (la fleur de tournesol, la vache en long, la petite maison bressane) – se vantait de ne jamais se tromper dans ses comptes, tout en cachant soigneusement qu’elle n’avait jamais pu avoir son certificat d’études. Aux gens du métier c’était difficile de dissimuler pareille tare – en tout cas, chaque fois que mon père se chargeait de faire les courses dans ce palais de la jacasserie, la fille de l’épicière se trompait dans son compte et toujours dans le mauvais sens, ce qui la couvrait de honte mais ne changeait rien à l’affaire. Au risque d’exposer mes faiblesses, je ne vous ai jamais dissimulé que je compte comme une paire de pantoufles à pompons : il vaut mieux avoir l’avantage de la franchise, ce qui à tout prendre peut se teinter d’une ombre de noblesse d’âme, plutôt que de s’entêter dans une supériorité dont le démenti vous est fourni à peu près automatiquement. Donc vous savez comme je compte, comme je m’embrouille dans les statistiques ou les opérations, comme il m’est malaisé voire douloureux de savoir où j’en suis dans la progression de mes pages de blog : or avez-vous constaté que je vous ai servi une ration en supplément de vacances cette semaine ? Dès lors que les problèmes de date s’en mêlent, je suis perdue, ou quasi, comme disait ma grand-mère paternelle. Et impossible de corriger cette distribution malencontreuse : il vaut encore mieux tout laisser en l’état. Et heureusement, mes belins-belines, qu’il se trouve que c’est le « bon poids », comme ce supplément que la boulangère coupait  avec son gros tranchoir dans des morceaux isolés de manière que vous ayez bien vos trois livres en couronne farinée à vous passer au bras. Vous imaginez ce que mon blogrank serait devenu  s’il me manquait une page dans ma livraison hebdomadaire ! C’est alors que l’administration invisible mais tapie aux aguets m’accuserait de tricher dans le mauvais sens, de tirer au flanc mine de rien… Et que me resterait-il alors, dites un peu, sinon Nada, Nada, Nada ?

Partager cet article
Repost0

commentaires