Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 mars 2011 3 30 /03 /mars /2011 10:34

 

 

            Ce qu’on est aimable et poli, dans les hautes sphères de la finance ! (Moi pauvrette j’appelle ça les hautes sphères de la finance, mais ne le dites pas à Mme Bettencourt, elle se moquerait de moi et ça me ferait de la peine). Voici l’histoire : je désire ne pas renouveler ma carte d’American Express dont je ne me sers plus. J’ai donc écrit dès janvier à l’adresse de l’entreprise pour signaler mon intention. Comme je ne reçois aucune notification de réception, j’avertis ma banque de s’opposer à tout prélèvement venant de ladite société. Dont acte. Ce matin cependant (mais les courriers se sont peut-être croisés) je reçois ma nouvelle carte, avec le N° de téléphone auquel m’adresser pour l’activer. Je contacte donc une première personne qui avant toute chose me demande les 15 chiffres de ma carte, puis m’explique que ma carte étant valable jusqu’au 21 avril je peux la garder jusqu’à cette date. Je refuse aimablement cette aimable proposition. On me propose donc de supprimer toute relation avec l’agence dès maintenant : bingo ! c’est ce que je voulais. Certes, me dit-on, pas de problème, mais qu’allez-vous faire de vos points ? (C’est vrai : quand je m’en servais beaucoup, de cette carte, à l’étranger en particulier, j’avais droit à des chocolats en fin d’année). Je réponds que je n’en ai pas beaucoup, que je n’en revendique pas la propriété. Alors pourquoi ne pas en faire don à une association caritative ? Parfait : je donne mon accord et le nom de l’association avec enthousiasme. Une seconde aimable téléphoniste me convertit les points en euros, puis, constatant que je dépasse les limites prévues pour pareil don, me propose de recevoir un bouquet de fleurs. Touchant, non ? Je refuse aimablement. Alors on m’annonce qu’on va reverser le restant de mes points à une autre association, et que je vais recevoir un courrier me remerciant chaleureusement de ma générosité. Mes belins-belines, moi qui m’attendais à batailler sans grand espoir de me faire entendre, j’en reste baba. Pas baba-cool, comme j’entends dire ici et là, car j’ignore ce que ça veut dire. Non : baba, tout simplement.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens