Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 novembre 2012 6 10 /11 /novembre /2012 08:46

 

 

 

         Depuis deux décennies au moins, la mode s’était répandue sur le petit écran de programmes appelés « sitcoms », autrement dit, « situation comedies » - le terme anglais de comedy devant être pris dans une acception large, car les histoires présentées, toutes extraites de la vie quotidienne, hébergeaient souvent des éléments tire-mouchoirs, querelles de familles, ingratitude des enfants, conflits de générations, malhonnêtetés entre parents à l’occasion d’un héritage, etc. Autre précision à donner sur la nature de la chose : c’est à partir de ces situations dressant les uns contre les autres que les intrigues se construisent. EastEnders peut, je crois,  être donné comme modèle du genre (et si la série dure depuis plus de 25 ans, c’est certainement qu’elle a quelques qualités). Précisément les scénarios sont établis avec rigueur et une abondance de possibilités qui étonne : les personnages qui resurgissent ou se révèlent sous un jour nouveau, les rejetons qui réapparaissent après une fugue de plusieurs années sont manifestement inclus dès le départ dans la réserve des scénaristes – d’ailleurs ils sont plusieurs lorsque le sitcom est important, spécialisés chacun dans son domaine (les personnages féminins, ou les ressortissants d’une ethnie, ou un groupe familial aux ramifications complexes : la difficulté sera de donner à toutes ces directions une cohérence nécessaire). L’existence de ces « ateliers » d’écriture pour scénario et dialogue garantit forcément le niveau de « rendu » final, où l’authenticité, la représentation du vrai, est un élément indispensable. Qu’en sera-t-il du clash avec cette nouvelle et indigente scénarisation  de la réalité, puisque c’est ainsi que la chose va s’appeler ?

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens