Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 juillet 2011 4 07 /07 /juillet /2011 09:57

 

            Il y a des moment où, sans doute parce qu’ils sont reliés à des circonstances contre lesquelles on ne peut rien, il vous semble atteindre un point de non retour. Tout au cours de ma vie, certains jalons ont été ainsi symboliques de découvertes ouvrant les yeux sur des aspects de la civilisation ou de la nature qu’il devenait impossible d’oublier. La découverte de Venise par exemple, il y a bien longtemps. Les parcs nationaux de l’ouest américain, Bryce, Arches, Monument Valley, la vallée de la mort, le  Grand Canyon, Canyon de Chelly – ou tout aussi bien ma première pénétration dans l’estuaire du Saint-Laurent, une heure de vol à neuf cents à l’heure, les mâchoires de la gueule se rapprochant seulement au bout d’une heure… Combien d’autres encore, pour lesquels on se sent enrichi d’acquisitions indélébiles, qu’il suffit d’évoquer pour devenir lifté lévité porté hors du monde… Et c’est bien, c’est très bien qu’on prenne conscience qu’on a été assez favorisé par le sort pour avoir pu thésauriser ces images, ces sensations, ces méditations pour les « jours sans », comme on disait sous l’Occupation. Dans un autre registre, infiniment plus mélancolique,  le point de non retour se plante sur votre itinéraire lorsqu’il se charge des pesanteurs de l’âge : il ne s’agit plus d’une ouverture, mes belins-belines,  mais d’une fermeture. Vous n’avez pas atteint un sommet dans sa catégorie ou son genre qui vous servira d’étalon pour mesurer le reste de vos découvertes ; vous avez atteint un  sommet de vos forces au-delà duquel vous ne pouvez attendre que dégringolade. Là aussi il est bon d’en prendre conscience : « Je pouvais si facilement… Je croyais encore pouvoir… Je ne peux plus ».. .. C’est ainsi qu’on fait un bilan à l’occasion d’une épreuve : peux plus marcher, peux plus supporter la chaleur,  peux plus supporter la fatigue. Adieu les grands projets, les grandes manœuvres. Même : peux plus conduire (vois plus clair, entends de plus en plus mal, n’ai plus les bons réflexes, voudrais pas constituer un danger roulant…). Ce ne sont pas encore les leçons des ténèbres, mais c’est bien la grande leçon  d’humilité qui nous guette tous.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens